Incident survenu

robot-507811_640

Voyage en Utopie.  Incident survenu.

Des perturbations spacio-temporelles momentanées suite à la fusion en cours de deux trous noirs, empêchent la retransmission de données depuis «Utopie» par «Glomérule Néphron» .

Veuillez patienter afin que le traffic retrouve un flux normal.

Merci de votre compréhension.

Ceci est un message automatique envoyé par un robot merci de ne pas y répondre .

Pour patienter vous pouvez toujours lire ceci :

Voyage en Utopie – Intro
Voyage en Utopie QRcode 1
Voyage en Utopie QRcode1 : Le passage PART 1 

Voyage en Utopie: le passage PART 2

Photo de la page cliquez ICI

Voyage en Utopie : Le passage PART 2

Astronautics Astronauts Spacecraft Cockpit Seats

La cabine du vaisseau aurait pu être comme ceci !

Mais il n’ en est rien !  😦

Voyage en Utopie : Le passage PART 2

Jour J, à l’ heure H du départ. Me voilà dans ce grand hall en partance pour « Utopie» . Extraordinaire destination.
Pas tous les jours que l’ on s’ y rend !

Une hôtesse «holographique» me fait signe d’avancer vers ce sombre couloir d’embarquement qui me semble au premier coup d’oeil, sans fin.

L’impression d’être ce petit caillou que l’ on jette dans ce gouffre sans limite visible, pour en estimer la profondeur .

Sombre, le terme est faible. Je trébuche et me rattrape à ce qui doit être une main courante.

Au bout, une grande salle oblongue aux murs capitonnés, baignée par une douce lumière rouge. Dans quel monde vais-je renaître de cette matrice ?

Les gens se regroupent instinctivement au centre. L’ instinct grégaire …
Poussé par la curiosité, je m’ écarte rapidement et frôle le mur de ma main.

Drôle de capiton. On dirait une sorte de gelée… un mucus organique. Beurk.
Je regagne vivement «le troupeau» .

Ni siège pour s’installer , ni poignée pour se tenir solidement debout ! Pourvu que nous ne soyons pas projetés contre cette chose visqueuse, bah !

Aucun hublot, aucune possibilité de savoir à quoi ressemble ce vaisseau, et si même c’en est un !

Le secret sera donc bien gardé. Moi qui suis féru de technologie… un peu déçu .

Une lourde porte se referme sur nous. Les claquements de deux gros verroux se font entendre.

Peut-être me suis-je trompé d’endroit. Et me voici en fait, dans le coffre fort de l’ aérop… comment nommer d’ ailleurs ce lieu ?

Tout à coup , une énorme déflagration retentit ébranlant toute la structure. Une bonne secousse semblable à celle d’un séisme. J’ en ai déjà vécu plusieurs et je dirais 4 sur l’ échelle de Richter.

Sommes nous déjà arrivés? Seulement partis ? Incident technique ?

Avatar articles

Glomérule Néphron.

J’ écoute «Fifth Element Diva song» – EVGENIA LAGUNA.

A lire aussi : 
Voyage en Utopie – Intro
Voyage en Utopie QRcode 1
Voyage en Utopie QRcode1 : Le passage PART 1

Photo de la page cliquez ICI

 

Voyage en Utopie QRcode1 : Le passage PART 1

psychedelic-769467_640

Voyage en Utopie QRcode1 : Le passage PART 1

Le passage PART 1

Je me souviendrai toujours de mon premier vol.
La première fois où j’ai pris l’ avion !
Je ne sais pas si vous avez ressenti les mêmes sensations ?

Je me trouvais assis à la troisième place, côté droit en partant de la cabine des pilotes de ce Boeing 727 .
Si nous nous étions crashés, sûr que je me serais retrouvé l’ espace d’ un instant avec le co-pilote sur les genoux, avant de finir moi même sur ceux de la personne de derrière et au bout du compte, en mêlée générale au fond de l’ appareil …
Oui, je sais la réalité d’ une catastrophe aérienne est en fait beaucoup moins ludique.
Mais là je ne vais pas tarder à passer dans une autre dimension, alors bonjour le stress !

«Mais revenons à nos moutons» , comme disait si bien Saint-Exupéry, célébre aviateur et dessinateur d’ ovins … Ah mais non, cette expression n’est pas de lui !

Plus l’ heure du décollage approchait, plus mon estomac se nouait !
«Pourvu que je ne vomisse pas sur le passager d’ à côté ! Ce serait la honte de ma vie !»  Les réacteurs vrombirent, alors que je marmonnais en boucle cette phrase comme un mantra .
L’ aéronef se mit en branle. La piste était constituée d’ une succession de plaques de béton accolées les unes aux autres, avec un espace de dilatation entre chacunes .
Et chaque passage sur ce jointement résonnait par le train d’attérissage comme un coup de masse dans toute la structure de l’ appareil !

Son rythme s’accélérait régulièrement, proportionnellement à la vitesse que l’ avion prenait . Boum, boum, boum …Cela me paraissait sans fin . Mais quand l’avion va t-il décoller ? Comment est-il possible de rouler aussi vite ? Encore et toujours plus vite ! Inimaginable! Puissance inhumaine, démesurée, folle, dangereuse !
Et puis enfin, le nez de l’ appareil s’est brusquement redressé vers le zénith, et l’ arrière n’ a pas touché la piste ! Premier miracle ! Plaqué dans mon siège, encore tout impressionné et fébrile, submergé par trop d’émotion, je m’ obligeais à inspirer lentement et profondément.
Puis un peu plus tard, l’engin machiavélique repris une position horizontale .

Et le pilote annonça en plusieurs langues que nous volions à 36 000 pieds d’altitude ( 11 Kilomètres) et que la température extérieure atteignait les moins cinquante degrés ! Des prières que je croyais avoir oubliées me revinrent à l’ esprit.

A l’ atterissage sur cette piste invisible du ciel, de ce pauvre aéroport Mauritanien perdu au milieu des reliefs, j’ applaudissais vigoureusement avec les autres passagers.
Ouf ! Tous sains et saufs !
Quelle invention formidable que l’ avion, mais paradoxalement quelle folie !

Qu’ allait- il en être pour le voyage interdimentionnel ?

J’ écoute « Muse : Sing for absolution » .

Glomérule Néphron.

Avatar articles

A lire aussi:
Voyage en Utopie – Intro
Voyage en Utopie QRcode 1

Photo de la page cliquez ICI

 

Voyage en Utopie QRcode 1

wormhole-2514312_640.jpg

Imagine, a big massive black hole …

Voyage en Utopie QRcode 1*.

Le flip complet !
Je crois comprendre pourquoi, sans plus de précision donnée par l’ agence Alpha, ce judicieux conseil qui figurait en premier sur la liste des choses à prendre pour cette aventure, à savoir : amener un change pour le voyage …

Il nous faut, pour passer dans cette dimension contiguë à la nôtre, infléchir violemment l’ [espace/temps].
Distorsion qui aura pour effet de nous propulser dans cet autre [espace/ temps], tout aussi brutalement, en nous EN faisant gagner grandement.
Du temps ! Il faut suivre un peu, sinon on ne va pas y arriver…
Et là aussi vous connaissiez la Théorie*. Mais c’est pas une raison valable pour se dissiper! Bon sang ! 😉

Bref, pour parvenir à Utopie ou plus exactement à Utopie QRcode 1*, rentrent en jeu des forces propres à celles déployées lors de la création de notre Univers.
Qui dépassent donc l’ imagination et l’ entendement Humain .
Mais secrets de fabrication de l’ agence Alpha, m’ a t’ on dit !

La suite va arrraaacher, j’ écoute «Muse: Supremacy» en moment.

Avatar articles

Glomérule Néphron, qui fait durer le suspens ! Le bougre !

*Petit lexique: Utopie QRcode 1*: selon la théorie des multivers , il y a possibilité d’ Univers multiples . Chacun ayant une vibration moléculaire propre à lui : Théorie des cordes . C’est pourtant simple ! LoL !

Il y a donc autant d’ Utopie, cette contrée d’un autre [espace/temps] que de dimensions. Je visiterai donc en premier celle-ci : Utopie QRcode 1.
Il faut un début à tout !

*théorie avec un petit « t » !
Et non pas le nom de cette presqu’île dont je vous parlais auparavant : « La Théorie»,
dans l’ intro de ce voyage en Utopie.
Le premier article de ce carnet de voyage, à commencer par là de préférence…

Photo de la page cliquez ICI

Voyage en Utopie – Intro

holiday-2490019_640

INTRO:

Les vacances.
Période propice pour découvrir d’autres horizons, modes de vie, languages nouveaux, autres cultures ou manières de penser.

C’est pourquoi je vous invite à partager avec moi mon …Voyage en Utopie.

Je ne sais, si vous avez déjà entendu parler de cette contrée : L’ Utopie ?
Oui vous connaissez ! Je ne suis pas le premier à aborder le sujet, ni le dernier !

Comme vous le savez déjà, donc – pas de moyen de faire preuve de fausseté avec moi –
elle est située précisément entre la presqu’ île de la Théorie, si chère à notre ami Pierre Desproges et un autre Etat (de la matière) ressemblant au nôtre à quelques atomes près mais qui font la différence. J’ai nommé: l’ Absurdie.

Comment se rendre en Utopie ? Evidemment pas avec l’ agence de voyage Lambda.
Très mauvaise réputation trop de fois confirmée !
Non, mais avec l’ agence Alpha.
Et plus exactement la formule aller/retour: « De l’ Alpha à l’ Oméga» ( all inclusive) .

Formule découverte que je recommande fortement d’ailleurs, aux voyageurs débutants .

Voilà pour l’ intro de ce petit carnet de voyage, une invitation au rêve… j’écoute en ce moment même «Evanescence» .

La suite interdimentionnelle ? Très bientôt …

Avatar articles

Glomérule Néphron.

Photo de la page cliquez ICI

Dico des orpherimes

school-1661730_640

DICO des ORPHERIMES. Dictionnaire des orpherimes.  Contribution de Glomérule.

Dico des rimes orphelines : « orpherimes »  initié par Carnets paresseux qui semble bien être en photo ci-dessus , d’ailleurs !

De la lecture en perspective … Mais article vite lu car rigolo, enfin j’espère … 😉

Pour comprendre de quoi il s’agit, un petit rappel :18 mots de la langue française ne riment avec aucun autre mot de cette même langue  (liste non exhaustive) : belge, bulbe, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre, verste…

On les apelle Rimes orphelines. Situation intolérable , non ?  Il faudrait donc créer d’autres mots afin qu’ils riment avec elles ou plutôt eux ! Vous trouverez  ci -dessous la signification de tous les nouveaux mots inventés* pour  cette  » poésie de comptoir »  Rimes orphelines le retour  . *Toujours dans l’esprit du poème 😉

PELGE (nom féminin) rime avec le mot Belge : Sorte de fruit ressemblant à une pêche. Classé dans les non-comestibles car son ingestion provoque de vives diarrhées et d’abominables vomissements. Il reste possible néanmoins de consommer son jus mélangé à de la Bière. Ce qui annihile son effet toxique*, et la parfume.
*Le fruit pas la bière !

ALBULBE (on dit de l’ albulbe) rime avec le mot Bulbe : Mélange du mot alcool et bulbe. Il signifie alcool de bulbe. En effet les premiers alcools concoctés par l’ HOGME le furent à partir de bulbes ou racines.

LEFTE ( nom propre, marque déposée en Utopie) rime avec le mot Clephte : Célèbre marque de bière Belge Utopienne. Son goût savoureux reste unique et inimitable . Elle se décline en plusieurs couleurs : Blonde, Brune, Rousse, Noire, Châtain et Auburn. Elle existe également en version aromatisée naturellement à la PELGE.

HOGME (nom masculin) rime avec le mot dogme : Terme très ancien (du néolithique), signifiant Homme. Ou par extension l’Autre.
Expressions: Eh l’ HOGME, approche… Tu me dois un coup à boire toi ! Ou : Boire comme un seul HOGME…

FOINFRE ( faire un foinfre) rime avec le mot goinfre : littéralement «en faire un foin» : Toute une histoire. C’est vrai quoi, on va pas en faire toute une histoire de ce mot !

TEURTRE (verbe teurtrer 3ème personne singulièrement) rime avec avec le mot meurtre : a le même sens que le mot ENTERTRE qui rime avec le mot tertre.

ENTERTRE ( verbe entertrer 3ème personne très singulière) Rime avec le mot tertre. Synonyme : TEURTRE.
Tuer quelqu’un ou quelqu’une et dissimuler son corps sous un tertre. ( Monticule de terre).
On a vu mieux pour planquer un corps ! A moins de l’ enterrer sous le tertre d’ un autre corps, déjà enterré dans un cimetière. Qui irait chercher à cet endroit ! Les chiens y sont formellement interdits, non ?

ONZTRE (adjectif numéral invariable cardinal comme le passereau (cardinal )
rime avec le mot monstre :
DIZ (dix) plus un. S’emploie au sens de « onztrième » pour indiquer un rang (de chopes englouties lors d’un petit apéro, par exemple).

TORZE ( verbe transitif) rime avec le mot quatorze : déformer quelque chose ou quelqu’un en tournant violemment, pliant, courbant, déformant, tout ou partie de cette chose ou de cet être.
Exemple : TORZE le cou à son HOGME encore ivre ! Toujours pour rester dans le thème des rimes orphelines le retour.

PLUSCLE ( adverbe) rime avec le mot muscle : contraction* réunissant les deux mots «plus» et « que» (contraction* musculaire très douloureuse) .
Exemple : Evidemment que je vaux PLUSCLE ce pauvre clephte !
Contraction* qui peut se traiter facilement par applications régulières de « SYNTROL »  sur la zone de l’égo, matin, midi et soir . Attention ne pas dépasser la dose prescrite sous peine de dévalorisation chronique ( complexe d’ infériorité).

TRUMBLE ( verbe trumbler 1ère pers trop singulière) rime avec le mot humble : être agité de petits mouvements par exemple quand quelqu’ un vous TORZE le cou avant de vous ENTERTRER .

HIMPLE (adjectif) rime avec le mot simple : l’ humilité vue et prononcée par un Alsacien.
Exemple : Connaissez-vous cette HIMPLE charade Alsacienne ?
Mon premier est un serpent.
Mon second se trouve sur les toits .
Et l’ on trouve mon tout dans les garages, utile après une vidange.
Réponse : Le python tuile  🙂 Le bidon d’ huile bien sûr !

CLARCLE (nom féminin) donnée souvent par du masculin. Rime avec le mot sarcle :
coup donné avec le plat de la main produisant ce son caractéristique : « CLARCLE »  !
Synonymes: tartine, baffle, calotte, mornifle, soufflet, taloche …
Exemple : J’vas t’ coller une grande CLARCLE dans ta gueule, vu qu’ jsuis encore bourré comme un clephte et que j’ai qu’ une envie de te TERTRE en te TORZANT espèce de … Bip, bip et re bip. Aïe, les méfaits de l’abus d’ ALBULBE de LEFTE à la PELGE ! Quelle tristesse ! C’est ça la vraie misère !

AUVRE ( verbe auvrir 1ère pers assez singulière) rime avec le mot pauvre :
littéralement « ouvre» prononcé par un mec, ou une gonzesse (égalité des sexes oblige) bourré(e), pris(e) par un spasme stomacal, le fameux hic, au moment de prononcer le mot.
Ce qu’il faut retenir : «Ouvre» avec le hic stomacal donne «auvre» .

RANVE (nom féminin) rime avec le mot sanve: habile dispositif de sécurité de «cramponnage» et/ou «d’ arrimage» inventé par un fêtard Romain invétéré. Il se brisait toujours quelque chose en remontant ce vertigineux escalionstre ( monstrueux escalier ?! ) pour terminer de cuver chez lui, à l’ étage . Il finit par déménager au rez de chaussée en face du thermopolium. Plus pratique quand même !

UNZE (pronom indéfinissable) rime avec le mot quinze : correspond au pronom «un» avec liaison incorporée.
Exemple: unze zeste de, unze soupçon de crème fraîche …
Très utilisé et pratique en cuisine. Pour faire la liaison justement, dans plusieurs sauces ou recettes.

ZERSTE (nom masculin – radical onomatopéique) rime avec le mot verste: Pourrait correspondre au mot «zeste» , mais avec de la crasse ( pardon des imperfections) sur cette écorce d’ agrume découpée en lamelles ou râpée, et qui sert à aromatiser des préparations.

Ou dans un autre sens (familier), cette petite pointe ou très petite quantité de, avec en plus ce petit quelque chose ( de la crasse, pardon des imperfections).

HULKCRE ( nom «propre» , même si il est de couleur verte). Le vert, c’est pas sale ! Faut arrêter avec ça maintenant ! rime avec sépulcre :
Célèbre personnage de « comhics »  qui se transforme en mégère verte de rage.
Dite «bobonne» pour les intimes, elle vous attend à la maison de pied ferme les soirs de fête, le rouleau de pâtisserie à la main. Plus d’ actualité, heureusement !

Un peu d’ Histoire:

La mégère verte : bebaptisée HULKCRE par Morvelle comhics en 1960 et des poussières (en Utopie), trouve ses origines en France au XIX ème siècle, où la misère sociale et son acolyte l’ alcoolisme faisaient rage. On y retourne actuellement, on dirait ?

Avatar articles

Glomérule Néphron, qui boit toujours avec modération! Juré !

Photo de la page cliquez ICI

A voir absolument également:

Anne de Louvain-la-Neuve , contributrice également, passionnée de nouveaux mots . Militante active pour l’ évolution de la langue Française.

Je vous laisse. Je dois faire mes bagages et partir instamment en Utopie. Je vous raconterai … A très bientôt pour les nouvelles aventures du sobre Glomérule. N’en doutez jamais !

 

 

 

 

 

 

Baby sitting blues

child-2411855_640

Baby sitting blues.

Je les regarde ces parents bâillants,
Visages blafards, zombifiés,
Endormis tard, trop tôt réveillés,
Par les pleurs de leurs jeunes enfants.

Cela me rappelle le temps,
Où j’étais comme eux épuisé,
Où j’avais souvent hâte de rentrer,
Me reposer de ces congés éreintants.

Pourquoi prendre des vacances,
En déplaçant son quotidien .
Espoir de se retrouver… en vain,
Rapprochement… perdu d’avance.

Parce qu’il faut « partir absolument» ,
Paraît-il «Comme tout le monde» ,
Oui, avec ses deux têtes blondes
Les priver de sieste, obligatoirement !

Le purgatoire de la routine que l’ on pense briser ,
N’ est rien à côté de l’enfer de Dante,
De ces tristes villégiatures exténuantes,
L’ on finit par se fâcher, parfois même se séparer …

Des solutions : des horaires adaptés,
Pour ces bambins surexcités ?
Papi et mémé pour une garde alternée,
Pour une dynamique de couple retrouvée ?

Bonnes vacances…

Avatar articles

Glomérule Néphron.

Photo de la page cliquez ICI

Rimes orphelines le retour

Poésie de comptoir.

(Déjà navré pour ce manque de finesse. Hips)

Quelques rimes qui trinqueront et résonneront avec nos mots premiers, nos rimes orphelines abandonnées. Attention un «poème» à consommer avec modération comme tout alcool 😉

beer-2351051_640.jpg

J’ai encore bu trop de bière Belge.
Y en avait même à l’ abricot et à la pelge.

Y paraît que trop d’ albulbe,
Hips, d’ alcool vous ramolli le bulbe.

J’ai arrêté de compter les pintes de Lefte,
A la sixième, j’étais bourré comme un clephte !

Pourtant la pillave c’est pas mon dogme,
Mais avec la canicule, tout bu comme un seul hogme.

(Hips)

Picolé comme, psss pardon, un goinfre,
La matrone va en faire tout un foinfre.

Put–n il va y avoir meurtre
Elle va me tuer et me teurtre,

J’arrive plus à parler, et m’ entertre,
hips,et m’ enterrer sous le tertre.

Ehhh, j’ ai réussi à le dire,
Vous voyez, c’est pas si pire !

(hé, hé …)

Et pis j’ vais y dire que j’ suis pas un monstre,
Pffouu, que j en ai bu à peine qu’ onztre,

Psss, pardon! et pas quatorze !
P-tain onztre! elle va me torze,

Me tordre j’veux dire, elle a du muscle,
bien pluscle que moi, bien pluscle !

J vais rentrer, rester calme, humble,
Mais rien qu’ à y penser déjà j’ en trumble.

(Pfffou …)

Je vais m’ en prendre plein la tête, c’est simple,
Même si le barman Alsacien me dit : « reste himple »

Il y a dans l’ air du sarcle,
Des remontrances et des clarcles,

Hips, plein ma gueule, et des «mon pauvre» ,
Pauvre type, Pauvre c-n , faut pas que j’ l’ auvre,

Mieux, j’ vais m’ «faux-filet» 🙂 hips, manger un peu de chanve,
Pour l’ haleine, et monter me coucher en me tenant à la ranve,

(Chuuuut ! discret … p-tain !)

Merdum, j’ai fait tomber dans l ‘escalier mes quinze verstes,
Il m’ fallait juste un peu de discrétion, qu’ unze… zerste !

Elle arrive la patronne on dirait Hulkre,
Verte de rage, ce soir j’vais droit au sépulcre…

Glomérule Néphron (qui a su rester sobre pour écrire ce texte)  .

Avatar articles

Tout aussi glauque que mon premier texte en prose qui ne rimait à rien non plus !
Mais on dirait que l’ inspiration est revenue !

Si vous voulez connaître le sens de ces nouveaux mots rimeurs c’est par ici le Dico des orpherimes !

Photo de la page cliquez ICI Hipsss

L’ inspiration

hammock-1603881_640

L’ inspiration.

Je sens l’ inspiration me quitter,
J’ expire au plus chaud de l’ été !

La température idéale pour créer,
Entre dix neuf et vingt cinq degrés.

En deçà il faut s’ agiter,
Bouger pour se réchauffer.

Au-delà le corps se met en veille prolongée,
Comme le disque dur de l’ ordi qui s’est arrêté.

A défaut de ventiler, économie d’énergie obligée,
Se reposer, ou tous les neurones vont cramer.

Le choix est vite fait, au frais,
Je vais aller me coucher 😉

Glomérule Néphron.

Photo de la page cliquez ICI

Iceberg

iceberg-892518_640

Iceberg.

Nous sommes comme ces Icebergs…

Glace dérivant,
Sur cet océan,
90% de surface immergée.

Une richesse cachée,
Profondeur d’ âme préservée.

Tant de fois malmenée,
Déçue, tourmentée,
Par l’ autre torturée.

Par le pardon délivrée,
Par l’ écriture sublimée,
…Par l’Amour émerger….

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Echec et … pause

checkmate-1511866_640.jpg

Echec et mat pause.

La vie, cette école de patience,
Pour laquelle cent fois sur le métier …
A même de quoi déstabiliser,
Ceux qui ont le plus d’expérience.

Cet apprentissage par l’ erreur toujours,
Où la galère fait partie du mode opératoire,
Amènera les plus courageux au désespoir,
Déposons donc cet ouvrage devenu trop lourd !

Accordons nous cette pause bien meritée,
Après tout entreacte ne nuit pas à persévérance,
Sur le repos du guerrier prenons une petite avance,
Pour mieux repartir et enfin à nos fins arriver.

kermit-1899260_640.jpg

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photos de la page : photo 1, Photo 2

Des petits oiseaux

accident-2161956_640

Des petits oiseaux.

Nous sommes comme des petits oiseaux,
Alors que l’ on se croit tous Super-héros,

Invincibles, immortels,
Dotés de pouvoirs surnaturels.

Depuis notre plus tendre enfance,
Nous habite un sentiment de toute puissance,

La faute à ces films, aux vertigineuses cascades,
En voiture, chute libre, terribles dégringolades.

Même pas mal, ni décoiffé,
Juste le polo un peu froissé !

Tombé de dix mètres, blessé,
Pas grave, comme si de rien n’était !

La vérité, dans la vraie vie, un choc et adieu,
Cette onde de choc vous tue en moins de deux !

Sur cette route un inconscient j’ai croisé,
J’ai ressenti, par cette onde fatale traversé,

Qu’ un poil plus fort, net mon coeur, elle aurait arrêté,
Mes organes implosé, le sais, l’ai vécu, ai failli y rester.

Oui, nous sommes des Petits Oiseaux,
Super Fragiles, pas des Super Héros !

dead-1814630_640

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Cela s’est passé en 2009.

Eternelle reconnaissance aux secours.

Photos de la page : Photo 1, Photo 2

 

Tourne manège

fair-14247_640

Tourne manège.

Qu’ elle était émouvante cette petite,
Sur ce manège, qui à chaque tour,
Faisait des sourires à son papi d’amour,
Des grands «coucou» à mamie marguerite.

Je la regardais avec bienveillance,
Chacun de ses tours m’ apaisait,
Je ressentais le sentiment de sécurité,
De mon enfance bercée d’ insouciance.

Le plus bel âge, celui de l’innocence,
Où l’autre est encore un copain de jeu,
Ce monde à découvrir, un endroit fabuleux,
Où princes, princesses vous attendent avec impatience.

Cette enfant réalisera t-elle tous ces rêves ?
Rencontrera t-elle son Ken comme Barbie ?
Pourra t-elle devenir vétérinaire aussi ?
Et nous, avons nous pu vivre nos rêves ?

Le manège de la vie continu pour tous à tourner,
Beaucoup d’ espoirs se sont concrétisés,
Des autres parfois dans l’ oeuf ont été brisés,
Je lui souhaite le meilleur : qu’ elle puisse se réaliser.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

 

 

Ballade en forêt

forests-231066_640.jpg

Ballade en forêt .

18h00. L’heure idéale pour une ballade en forêt, à deux pas d’ici.
Ce violent orage de grêle a bien rafraîchi l’ atmosphère.
Une température de septembre en Juillet le temps de quelques heures.
Du moins c’est ce que je pensais.
Mais déjà je dois descendre la fermeture éclair de ma veste.

Des grêlons, branches arrachées et morceaux de rochers gisent ça et là sur le chemin.
Nous approchons Ivana et moi, de cette clairière .
J’ai toujours voulu l’ explorer. Cet endroit m’attire.
Il est fascinant, mystérieux.
Il est à la fois un coin sombre, avec une multitude d’arbres «bi» voire tricentenaires, et cet espace ouvert, lumineux, bordé par cette petite cascade.

( à écouter de préférence à volume réduit, en fond sonore lointain).

Merci de chuchoter ce texte… afin de ne pas effrayer la faune 🙂

Nous pénétrons dans ce temple sacré.
Le sol est capitonné d’un épais tapis de mousse, dans lequel nous nous enfonçons à chaque pas, sans bruit.
Les vénérables culminent à plus de quinze mètres.
Ivana et moi regardons simultanément leur cime, en quête de vie sauvage… Rien.
Ni écureuil, ni oiseau ! Ils ont dû nous sentir arriver.
Nous nous retrouvons au milieu de cette assemblée plénière. Un procès est en cours ?
Peut-être…
Une vieille souche sombre et trouée semble nous regarder.
Elle a l’allure d’ une sorcière. Frissons…
Des résineux jonchent le sol de leurs dépouilles, troncs, restes de branchages.
Un véritable carnage a été commis ici par la main de l’ homme.
Tragique.
Une brise odorante vient nous titiller, les naseaux. Mélange de terre humide, d’ humus, et de champignon. J’adore ! Ivana ma chienne, aussi. Nous voilà tous les deux à flairer…
Puis avant de payer pour ces Hommes, pour leur crime, nous nous esquivons le plus discrètement possible vers la clairière, et tout au bout son cours d’eau …

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Son du ruisseau : la Sonotheque.org (sons gratuits et libres de droits- Voir conditions)

 

Ce matin

dawn-2264494_640.jpg

Ce matin,

L’air est si doux.
Si frais ,
Si léger,
Je l’inspire d’un coup.

Mon être s’ emplit tout entier ,
D’un cocktail de fragrances,
Parfums ailés, réminiscences,
De ma lointaine enfance passée.

Sentiment intense de béatitude,
Promesse d’ une belle journée,
Remplie de rires et de complicité,
Un soleil voilé émerge, plénitude …

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Erosion

water-1759703_640

Erosion.

Comme chaque goutte d’eau,
Sur cette roche millénaire emporte,
Un peu de matière en quelque sorte,
Dissout comme cachet dans verre d’eau,

Nos sentiments amoureux finiront,
Dans un océan de larmes emportés,
Lentement par le quotidien érodés,
Dans cette mer de chagrin se fondront.

L’inéluctable érosion,
D’ habitudes nous ronge,
Le nier serait mensonge,
Récurrente abrasion,

Décrépitude sans fin,
Combat désespéré,
A l’infini répété,
Lutter en vain.

Le but de Dame Nature ?
Ce malaise bien reproduire,
Pour mieux se reproduire,
Entre deux blessures.

La maligne nous trousse,
L’espèce lui faut sauvegarder,
A tout vent nous fait semer,
La devise de Larousse …

Glomérule Néphron.

Avatar articles

landscape-1782160_640

Photos de la page Photo 1, Photo 2

Alter ego

pair-167267_640.jpg

Alter… égo.

Il était là, comme toujours,
Personne ne l’avait remarqué,
Attentif, tous, il nous écoutait,
Nous gratifiant de son Amour.

Nous parlions comme toujours,
Tout le monde s’ écoutait,
En vérité sans grand intérêt,
Faisant semblant, feignant l’Amour .

Nous parlions comme toujours,
Autour de notre nombril, enroulés,
A nous même, à notre beau reflet,
Jamais lassés comme tous les jours.

Nous l’avions oublié comme toujours,
Dieu, à travers l’Autre, pour l’éternité,
Attentifs, tous, nous nous écouterons,
Nous gratifiant mutuellement de cet Amour.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Spéciale dédicace

Merci pexels-photo-371954

Spéciale dédicace.

 

Une Dame sympa parle de son dog,
Un man pour s’en sortir fait un blog,

Toujours des messages d’espoir,
Même au plus profond du noir,

Un poème léger tendre et joyeux,
Peut me rendre très heureux.

De jolies citations philosophiques,
L’ Humain sait être magnifique.

Des partages, voyages, expériences,
Ces superbes photos de vacances,

Votre bienveillance, votre gentillesse,
Sont sur mon âme comme des caresses.

A vous tous, un grand merci,
Mes virtuels amis que je lis.

Les jours où il pleut sur ma vie,
Les moments de coeur tout gris,

Encore merci d’alléger mes peines,
Me faire retrouver le sourire même.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

 

 

Agenda Ironique Juillet 2017

L’agenda ironique de Juillet est porposé par Joséphine Lanesem

CONSIGNES:

La perte en une phrase

Consigne pour l’agenda ironique de juillet, initié par Carnets Paresseux.

Perdre ses clefs, ses repères, ses cheveux, son âme, quelqu’un, un souvenir, une opportunité ; perdre son temps, une habitude, le repos, des kilos, ses feuilles, sa saveur, son parfum, sa raison, sa vanité. La perte est le sujet de ce mois. Elle se dira en une seule phrase, brève ou longue, avec ou sans ponctuation, fluide ou hachée, fuyante chutant avec l’objet perdu et se perdant avec lui, précipitée cherchant à le rattraper et se combler, ou lente, précautionneuse cernant le vide qu’il a laissé. On peut être ironique, ou pas. Sujet moins sombre qu’il n’y paraît : la perte ne se limite pas au manque, elle libère à sa manière, offre un espace où naître. La phrase unique lui donne voix.
Quelques livres d’une phrase, procédé très répandu dans la littérature contemporaine : Comédie classique de Marie N’Diaye, Zone de Matthias Énard, J’aimede Nane Beauregard, Anguille sous roche d’Ali Zamir, Verre cassé d’Alain Mabanckou, La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, Réparer les vivantsde Maylis de Kerangal, et certainement bien d’autres – n’hésitez pas à les ajouter en commentaire. Autre modèle, les longues phrases de Marcel Proust et Claude Simon, mais vous pouvez aussi vous limiter à sujet verbe complément, ou même un mot, pire rien qu’un point. Prose ou vers. Bref, à vous.

Introduction:

Clém du blog Les narines des crayons m’ a gentiment invité à participer à votre concours de l’ agenda ironique de Juillet.

C’est pour moi une première. Le sujet abordé ce mois-ci « la perte », en une phrase.

J’ai eu beau réfléchir et retourner ce sujet dans tous les sens, la perte est pour moi un sujet grave. Et qu’ y a t-il de pire que de se perdre soi-même, perdre donc cette conscience de l’autre et du monde entier.

Voici donc cette fameuse phrase, illustrée :

woman-441415_640

Il est ce néant qui lentement vous ronge, vous fait perdre perception du monde, de vos proches, puis de vous-même, régresser jusqu’au stade foetal, par l’ oubli de l’ oubli, l’alzheimer.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Rimes orphelines

cemetery-1697534_640.jpg

Rimes orphelines.

« Il existe de nombreux mots français qui ne riment avec aucun autre mot français existant. On peut citer (liste non exhaustive) : belge, bulbe, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre, verste. » ( Wikipédia).

La signification de quelques uns de ces mots peu courants est soit en bas du texte: rubrique petit lexique, soit en cliquant dans le texte sur ces mots surlignés (Hyperliens).

Pauvres mots de rimes orphelines,
Seuls condamnés à errer,
Nul autre avec eux pour résonner,
Toute leur vie la mettre en sourdine.

Cette situation est bien triste,
En vérité m’est insupportable,
Lui trouver une issue honorable,
Pourquoi pas un texte surréaliste.

Il ne reste que la prose,
Pour à tous leur donner,
Une chance de se rencontrer,
Pourquoi pas… allez j’ose.

C’est l’ humble histoire d’un belge, qui d’ailleurs aurait pu être clephte.
Bien moins connue comme origine !

Un homme devenu pauvre qui voyait graisse et muscle fondre à vue d’oeil !
Terrible pour lui, car goinfre de nature !

Il eu alors l’idée de mettre en terre ce bulbe géant, qui pourrait le nourrir pendant quatorze, quinze jours .

Mais là où il vivait, il ne pouvait planter qu’ au pied d’ un sépulcre .
A moins de se rendre, à au moins une verste de là, pour jardiner !
Mais il était à bout de force.

Certes, il n’ irait pas commettre un meurtre en faisant cela, mais sa conscience s’ alourdit brusquement à la seule pensée que cette pratique contreviendrait au dogme de sa religion, à toute moralité . Il se sentit alors devenir un monstre .

Mais pas le choix !

« C’est simple , se dit-il en marmonnant , je sarcle ce tertre, j’ épargne ce pied de sanve qui me fera un très bon assaisonnement pour relever mes futurs petits plats, et le tour sera joué !
J’ allégerai ma conscience à ma prochaine confession ! »
Un peu glauque, tout de même !

Pauvres mots de rimes orphelines …
Pris dans cette histoire qui «ne rime à rien», elle non plus !

Quand ça veut pas, ça veut pas !
J’aurais essayé 😉

AH! Bonne nouvelle Il y a les RIMES ORPHELINES: LE RETOUR !

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Petit lexique : petit, petit, tout de même …

clephte:     Montagnard libre de la région de l’Olympe et du Pinde, qui, dans la Grèce ottomane, vivait surtout de brigandage. (Les klephtes luttèrent pour l’indépendance du pays au début du XIXe s.)

sépulcre :  Littéraire. Monument consacré à la sépulture d’un ou de plusieurs morts.

La verste:  (en russe : верста, versta) est une ancienne mesure de longueur utilisée en Russie, valant (à partir du XVIIIe siècle) 1 066,8 mètres.

dogme:  Point fondamental et considéré comme incontestable d’une doctrine religieuse ou philosophique, ensemble de ces points constituant une doctrine : Les dogmes cartésiens. Le dogme chrétien.

sarcle: définition – sarcle sarcler (v. trans.)

1.arracher les mauvaises herbes en extirpant leurs racines.

Tertre:  Petite élévation de terre à sommet plat, et isolée.
Éminence de terre recouvrant une sépulture. (On dit aussi tertre funéraire.)

sanve: Moutarde des champs.

Cette nature humaine

electromagnetic-waves-1526374_640.jpg

Cette nature humaine.

D’une très grande variété,
Va de gens bienveillants,
A d’autres malveillants,
Toujours très nuancée .

Elle nous fait rencontrer,
Des êtres intelligents,
D’autres butés simplement,
Entre, plein de différents degrés.

Elle nous fait remarquer,
Notre égo, bêtement,
Cette fierté, justement,
Cet orgueil blessé.

Elle oscille bien réglée,
Métronomiquement,
Pas à pas lentement,
Entre tous ces opposés.

Elle aime, tic, tac, nous rappeler,
Que tout un chacun souvent,
Parfois ou très régulièrement,
Sur ces points repassera ou est passé.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

 

Morsure

vampire-1327358_640

Morsure.

Parfois il y a des gens malsains,
Qui vous font perdre tous vos moyens.

Qui d’ une phrase vous brisent,
Au premier abord, pas incisive.

Mais elle vous blesse en vous mordant,
D’ une critique déguisée en compliment.

Le fond semble bien y être,
La forme elle, procure le mal-être.

Ton décalé, second degrés acéré,
Le caustique aime à tout ronger.

Estime et confiance en soi,
Brisées entre deux doigts.

Qui sont ces destructeurs ?
Des jaloux, des compétiteurs ?

Leur unique devise : écraser,
Pour pouvoir se sentir exister .

Leur arme : la dose d’arsenic,
Du genre pervers narcissique.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Selection « naturelle »

 

darwin-623194_640

Sélection «naturelle» .

 

Déjà avant le temps des tribus primitives,
Le Néandertalien n’avait d’autre alternative.

Mourir ou se battre pour résister aux ennemis,
Végétaux, animaux, ou humain comme lui.

Une seule Loi, la course folle à la survie,
Celle de la jungle ici, pour tout ce qui vit.

Le vainqueur sera celui le plus adapté,
A son milieu «X», à un instant «T».

Il sera amené à pouvoir perpétuer ses gènes,
L’ autre pour survivre aura beaucoup plus de peine.

Une lutte impitoyable, emportant des peuples entiers,
Guerre aussi économique et politique, qui va gagner ?

L’ Homo sapiens a conquis les collines, les sommets,
Maintenant contrôle le ciel, l’espace, et puis après…

Quelle est donc l’ étape prochaine ?
Quitter la Terre Mère, exporter notre haine ?

Un jour des élites nous sélectionneront et cultiveront ,
L’être Humain éprouvette, devenu plus qu’ un pion …

Ou vieux rêve de l’ Homme, créeront une espèce à leur image,
Des robots qui résisteront au temps, à ses outrages …

Dans lesquels des élus transféreront leur pensée,
Leurs sentiments, leur âme, leur vécu pour l’ éternité…

Ils auront alors gagné, plus fort que la Nature.
Mais en réalité soumis à cette génétique dictature.

Quand Créateur, l’ Homme moderne se sera élevé à la hauteur des Dieux,
Ne sera t-il pas trop tard pour un projet de civilisation sérieux ?

Que restera t- il de notre compassion, de notre humanité,
Doit-on tout, à cette « naturelle selection »  sacrifier ?

Glomérule Néphron

Avatar articles

Oui je sais… je pousse un peu loin l’ anticipation ! Me suis fais plaisir 🙂

Photo de la page cliquez ICI

 

 

 

L’ attente

1 worried-girl-413690_640

L’ attente.

L’ attente est une spirale,
Un tourbillon qui nous avale,
Petit à petit tout notre moral.

Le jour même tout va bien,
Confiant nous ne craignons rien,
Puis le doute s’ insinue dès le lendemain.

Lentement le temps,
Va en se déformant,
En s’ allongeant perfidement.

S’ infiltre alors l’ angoisse,
La peur de la poisse,
Craignons qu’ elle ne s’ accroisse.

Bien que nous restions à notre place,
Le bout du couloir se déplace,
S’ est alors étiré même l’espace !

Quand cette attente va elle se finir ?
Allons nous ces fameux résultats obtenir ?
Scolaires, professionnels, médicaux, quel avenir ?

2 boy-1867332_640

Avatar articles

Glomérule Néphron.

Photos de la page : Photo1,  Photo2

Le passé

recycle-2327550_640

Le passé.

Le passé nous fait chanter et,
Semble parfois nous rattraper.

De sa facture, il faut s’acquitter,
Souvenirs de temps effacés.

Nous avions tout occulté,
Du moins nous le pensions.

Et voilà que cette bulle d’ histoire oubliée,
Vient à nouveau nous submerger.

«L’ addition s’il vous plaît» !
L’ occasion de rompre nous est donnée,

Une bonne fois pour toute de ce ridé passé ,
Un nouveau départ enfin, pour de vrai.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

La vallée des larmes

Cette vallée des larmes, c’est ma vie d’ être humain
sur cette Terre.

eye-2274884_640

La vallée des larmes.

J’ai traversé la vallée des larmes.
De toute beauté,
Verdoyante,
Luxuriante.
Sans oublier sa dureté.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Cinq éléments son essence,
Feu et air,
Eau et terre.
Sans oublier la quintessence .

J’ai traversé la vallée des larmes.
J’ y ai vu des gens,
Vivre et rire,
Souffrir et mourir.
Sans oublier leurs sentiments.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Y ai cherché un sens,
Naissance,
Existence.
Sans oublier la déchéance.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Je t’y ai rencontré,
Désiré,
Aimé.
Sans oublier notre amitié.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Eu un bel enfant,
Elevé,
Envolé.
Sans oublier l’âge innocent .

J’ai traversé la vallée des larmes.
Juste à travers passé,
Par le bien touché
Par le mal blessé.
Sans oublier de pardonner.

J’ai traversé la vallée des larmes.
Raconterai à Dieu libéré,
Bonheurs,
Malheurs.
Sans oublier l’ humilité.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

 

Petit lexique : essence,  quintessence

Ivana la rebelle

Pour ceux qui découvrent mes poèmes, ou ce Blog:
Ivana, c’est le nom de ma chienne, Siberian Husky.
Tête dure … Elle s’ affirme !
Elle est âgée de trois ans, bientôt quatre.
Ce qui correspond pour un Humain à environ 18, 20 ans.
Ivana, et si tu avais été cette jeune fille…

girl-158717_640

Ivana la rebelle.

Vendredi 10 Mai 1968 Quartier Latin,
Du haut de ces barricades,
En pleine bousculade,
Ivana tout juste 18 ans crie sa rage enfin.

Mue par la fureur de vivre, de résister,
Foulard sur le visage,
Terminé l’enfant sage,
Ivana vocifére grisée ivre, de liberté.

Elle s’ écrie : «Prenez vos désirs, pour des réalités»
Vit sa révolution,
Avec exaltation,
Ivana hurle: «interdit d’interdire», besoin de s’émanciper.

Arriver à briser ses entraves, pouvoir être,
Rempli de vie,
Rempli d’ envies,
Ivana n’est plus esclave, ni Dieu ni Maître.

Aux côtés de son Amoureux, partage pleinement,
Ce moment historique d’espoir,
Brandi un drapeau rouge et noir,
Ivana embrasse son Alexandre, fougueusement.

Dans sa mémoire ces instants à jamais gravés,
Paroxisme d’ émotions,
Feu d’ artifice d’ explosions,
Ivana a le sentiment d’exister pour l’ éternité.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Siberian Ivana

Pour ceux qui découvrent mes poèmes, ou ce Blog:
Ivana, c’est le nom de ma chienne, Siberian Husky.
Ce prénom si humain et mon bref passage sur la côte d’azur
le week-end dernier, m’ ont inspiré ces tristes rimes .

Ivana, et si elle avait été cette femme …

fashion-695355_640

Siberian Ivana.

Ivana très belle, mais un peu naïve peut-être,
Née en Sibérie, elle a grandi sur ses steppes.

Et puis par la ville et ses lumières attirée,
Comme un papillon, elle s’y est brûlée.

Elle pensait en partant avec cet homme fuir la misère,
Il était son premier Amour, elle y croyait dur comme fer.

Escarpins, résilles, longues jambes galbées,
Chevelure lisse blonde platine décolorée.

Beauté nue sous son manteau de fourrure,
En peau de loup gris et noir, elle longe ce mur.

Indéfiniment, en long et en large, elle erre,
Sous la lumière blafarde de ce réverbère.

Sur ses joues a coulé son rimel noir,
Son regard s’est rempli de désespoir.

D’avoir cru en ses jolis rêves,
L’a détruite à petit feu, elle en crève…

Echappée de cet enfer, de cette horreur,
Elle a retrouvé un peu d’ estime et d’ honneur.

Aujourd’ hui elle vit dans notre pays, mariage,
Au bras d’un Monsieur de quatre fois son âge.

Richesse, abondance, dorure de la Côte d’Azur
«Belle vie» reluisante, auront pansé ses blessures.

Mais ce que sa survie lui a jadis arraché,
Son corps, son âme, bafouée, humiliée,

Ses biens les plus précieux dérobés,
Tout ce luxe, hélas ne lui rendra jamais.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

En paix

zen-178992_640

En paix.

Mon Ivana est sauvée.
Mon âme est apaisée,

Comme un rocher dans un torrent posé,
Par le courant, sans cesse entouré.

Le calme de ce champ de blé l’été,
Ondulant lentement, par le vent bercé.

Cette vipère sur ce tas de pierres, lovée,
Sous l’écrasante chaleur, sieste rêvée.

Légèreté de ce papillon blanc,
Porté dans les airs, virevoltant.

Sentiment de paix, une profonde sérénité,
Je regarde Ivana en train de se reposer.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page ICI

Ivana et la chambre des secrets

vaulted-cellar-247391_640
Ivana, Husky de trois ans,
Adopté il y a quelques temps.
Pourquoi as-tu le noir autant ?

 

Ivana et « la chambre des secrets » .

Ivana bon chien,
Tu fis fi du malin.

Mordu par cette vipère maléfique,
De Salazar Serpentard, ce Basilic.

Elle a sur ta patte avec ses deux crocs,
Pour toujours apposé son sceau.

Tu comprenais pourtant son étrange langue,
Je veux parler bien sûr du fourchelang.

Ton coeur est resté pur, tu resteras une griffon d’or,
Même si tu es l’ horcruxes de voldemort.

Nous connaissons tous de cette saga la fin.
Revenue de la mort tu finiras par le vaincre enfin.

Glomérule Néphron.
Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

Ivana va mieux. Elle a vaincu la mort et remonte la pente de jour en jour.

La vipère

snake-947367_640.jpg

La vipère.

Ivana,
Ma pauvre Ivana.

Chien des villes,
Ou chien débile ?

Tu n’ auras pas su résister,
A tes instincts acérés.

Pourquoi sur cette vipère,
A  « pattes jointes »  as-tu sauté ?

Clinique vétérinaire obligée,
Depuis deux jours paralysée.

Heureusement, tu tiens du loup,
Un roc, solide comme tout.

Tu vas t’ en sortir petite Ivana,
Il le faut, j’ai confiance en toi.

Distille ce terrible venin,
Tu allais déjà mieux ce matin.

Accroche toi mon chien des champs,
Tu es brave, loin d’être méchant.

Une dizaine de jours ensemble passé,
L’ un de l’autre nous ne pouvons déjà plus nous passer.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI

 

Nostalgie

boys-1149665_640.jpg

Nostalgie.

Les marches en bois de ce vieil escalier,
Qui sous mes pas et ceux de ma cousine craquaient.

D’où s’exhalaient des senteurs d’antan, de blanquette de veau ,
Intermittence d’effluves de cire à l’ancienne, et de daube de taureau.

Tous ces bons petits plats que nous dégustions, ravis,
Le Dimanche en famille, chez tata Denise et tonton Jacky.

Elles nous menaient au grenier strictement interdit,
Nos coeurs battaient la chamade, nous avions désobéi 😉

Nous voilà devant sa porte, peinture grise vérolée,
Poignée ronde en bronze, complétait son cachet.

Et derrière, opulence de trésors, caverne d’alibaba,
Pour deux enfants de sept ans , bouche bée, restés baba.

Une pièce entière remplie d’ une maquette ferroviaire,
Ses montagnes, tunnels, forêts, torrents, ponts, rivière.

Ses réverbères, feux tricolores, gares, trains, aiguillages,
Routes, passages à niveau, autos, motos et personnages.

Dans une autre pièce, paquetages et collection d’ uniformes militaires,
Gourdes, casques, poignards, fusils rouillés, médailles des récipiendaires.

Cet oncle hyperactif avait construit tout seul son kit de radio amateur,
Une fois par an il avait ses « 24 heures du mans du radio amateur » .

Il s’agissait de contacter en une journée, dans le monde entier,
Le plus de correspondants, programme: nuit blanche et litrons de café !

Quelle époque magnifique, l’âge où tout est possible, la vie à découvrir,
Parties de cache cache effrénées, partout à sauter, toujours à courir.

Je me souviens aussi de cette inimitable fragrance ,
Mélange de goudron et de troènes, qui a bercée mon enfance.

Tous les jours sur le chemin de l’ école , je le humais,
Mémoire olfactive… ce puissant parfum qui me rassurait.

Me voilà bel et bien arrivé à l’ âge de la nostalgie,
Même si je n’ écoute pas encore Radio Nostalgie … 🙂

Glomérule Néphron.

Avatar articles
Photo de la page cliquez ICI

Beauté

sea-1825322_640

Beauté.

Beauté d’ un paysage,
D’ un animal sauvage.

De ce petit torrent,
De cet immense océan.

De ce coucher de soleil unique,
De cette forêt enchantée magique.

De ce séquoia agé de mille ans,
De ce bébé fragile naissant.

De l’ éclat de rire d’ un enfant,
Du sourire de ses parents.

De ces grands yeux bleus,
De ce regard amoureux.

De ce livre que je lis,
De ce tableau que je vis.

La beauté est partout,
Tout autour de nous.

Capture nos regards,
Chasse notre cafard.

Belle Dame,
Apaise nos âmes.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

Voyage Astral

helix-nebula-11156_640.jpg

Voyage Astral .

Pensée dématérialisée,
Âme décorporée.

Une fraction de seconde,
A l’autre bout du Monde.

Cet enfant du Tibet,
Semble me regarder.

Compassion totale,
Compréhension maximale.

Une femtoseconde de plus et,
J’atteins le royaume de Heh .

Assiste à la naissance d’une galaxie,
Aux confins de l’Univers infini.

Me penche sur son berceau,
Au sein de la constellation du Verseau.

Les filaments de matière noire,
D’ où émerge la vie du néant et du noir.

Le corps d’un Astre vient de naître,
Encore fragile comme tout nouvel être.

Foetus opalescent dans l’espace dérivant,
Relié à Dieu par son cordon d’argent.

Bientôt il scintillera, réchauffera ,
Et à son tour, la vie donnera.

A une planète à la nôtre identique,
Une Terra Nova si magnifique.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page : Nébuleuse de l’hélice (constellation du verseau)

Petit lexique : Heh , Femtoseconde , Terra Nova: nouvelle Terre.

Nota Bene :
A ceux qui s’interrogent sur mes textes évoquant des voyages astraux ou méditatifs :
Je ne prends aucune substance, qu’elle soit licite ou illicite 🙂

Spéciale dédicace à la secte qui s’était abonnée à mon blog , LoL :
Je n’ai besoin ni de marabout, ni de gourou, ni de secte .
Je ne suis pas né de la dernière pluie.

De plus, la quête de la spiritualité est une démarche personnelle et libre.
De même que je privilégie « le circuit court» entre Dieu et l’ être humain qui à mon avis, mais cela n’ engage que moi, n’a besoin d’ aucun intermédiaire .
Je trouve qu’ il y en a déjà tellement dans notre société !

Bien cordialement.

Glomérule Néphron.

Le temps

clock-474128_640.jpg

Le temps.

Enfant, bien long est le temps,
Qui sépare le jeu de l’ école,
Les vacances, des heures de colle.

A Vingt ans, trop vite va le temps,
Plein d’énergie, toujours en sortie,
On croque, dévore la pomme de la vie.

A trente ans, on court après le temps,
Devenu maintenant parents,
Tout est rythmé par les enfants.

A quarante ans, pas plus de temps,
Chronophages ces adolescents,
Leurs activités, leurs déplacements.

A cinquante ans, enfin un peu de temps,
Les enfants devenus grands, étudiants,
Petite pause… avant les petits enfants.

A soixante ans, enfin plus de temps,
Fin de carrière, retraite, petits enfants,
Pas tout le temps, de temps en temps.

A soixante-dix ans, du temps,
Bien rempli, agenda plutôt chargé,
Activités du foyer et examens de santé.

Quatre-vingt ans, le temps a passé,
Arrières petits enfants et… surdité,
Nous voilà dans les ennuis de santé.

Quatre vingt-dix ans, la vie a passé,
Le quoi ? Comment ? Vous pouvez répéter ?
Le temps? Qu’est-ce que c’est ? J’ai oublié… 🙂

Glomérule Néphron.

Avatar articles
Photo de la page

Ivana

husky-1414606_640

Ivana, animal si fier,
Que j’ adoptais hier.

Tu es l’ âme des forêts,
Primitive et si sauvage.
Une vie tu peux flairer,
Qu’ importe le kilométrage.
Arriverai-je à t’ apprivoiser,
Faire de toi un chien plus sage.

Ou garderas-tu tes instincts
De loup mêlés de chien ?
A n’ en faire qu’ à ta tête,
Port altier, noble bête.
J’aimerai que tu restes pure
Ne pas trop altérer ta nature.

Apprends-moi tes sous bois,
Je t’ apprendrai un peu de moi.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

Le procès

eye-2065415_640

« L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn » (La conscience – Victor Hugo) .

Le Procès.

« –  Accusé, levez-vous et approchez !
Avez-vous quelque chose à vous reprocher ?

Dans cette vie avez-vous tué,
Ou du mal à autrui fait ?

–  Non, je n’ai pas la vie ôtée,
Pour le reste peut-être ai-je déjà payé.

Si j’ai nui c’est ma foi, inconsciemment,
L’ ai réglé de la même manière, sûrement.

–  Mal être et autres regrets il est vrai,
Vous ne vous êtes jamais épargné.

Vous avez toujours fait rimer culpabilité,
Avec pour vous même, le mot sévérité.

Oui, mais il faut maintenant vous pardonner.
De grâce, arrêtez donc de vous blâmer. »

En sursaut, je me suis réveillé,
Pas de tribunal, j’ avais bien rêvé.

Prémonition de mon jugement dernier ?
Non, mon surmoi avait tranché, je m’ étais acquitté.

Trop régulièrement nous nous fustigeons et,
Payons et repayons des erreurs passées.

Quelque fois dans la lumière de la conscience,
Parfois dans la pénombre de l’ insconscience.

Pour des broutilles d’ailleurs, très souvent,
Nous nous faisons souffrir, bien inutilement.

Guérissons, ou du moins offrons une rémission,
A ce cancer qui nous ronge l’esprit, ce terrible poison.

Plus haut, je l’ai déjà nommé,
Cette délétère potion, la Culpabilité.

Nous ne sommes que des Hommes, finalement,
Accordons nous ce fameux pardon, dès à présent.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Petit lexique: surmoi

Photo de la page

 

1 er Mai

snow-2010350_640

Sous les pavés … la plage,
Sur le muguet … la neige !

Le général Hiver pris en tenaille,
Va vivre sa dernière bataille.

Il nous aura glacé encore le corps et le coeur,
Un dernier assaut, mais l’ on connait le dénouement.

Il finira tout seul dans son bunker,
Vaincu par la douceur du printemps.

Aujourd’ hui le froid, hier la chaleur
Etrange saison, que ce printemps.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

Le printemps

 

flowers-1246249_640.jpg

Le printemps.
Le printemps arrive à temps !

Les piafs piaffent,

Les Fleurs fleurissent,

Les butineuses butinent,

Les rayons de l’astre rayonnent,

Les papillons papillonnent,

Les bourgeons bourgeonnent,

Les nouvelles pousses poussent,

Amoureux transi en transe,

Le tonnerre tonne,

La pluie pluine,

Les gargouilles gargouillent,

Les escargots escargottent,

Le torrent dévalle le milieu du val,

La Force de la Nature forcit,

Jusqu’à l’été ou elle aura été !

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Petit lexiqueEscargoter Pluiner

Photo de la page

Le sage

landscape-1158269_500.jpg

Le sage

Assis au sommet de cette Montagne,
Le sage ressent ce Monde s’agiter.

Posé sur les replis de son pagne,
Il est encore en train de méditer.

Sa respiration comme en témoigne
Ses mouvements, est profonde et réglée.

Il voit toute cette (in)humaine hargne,
Alors qu’il a déjà les yeux fermés.

Du plus haut, son âme scrute la campagne,
Injustice, désarroi, impuissance, discernés.

L’ignorance, l’intolérance, la violence gagnent
Le coeur des Hommes, sournoisement infiltré.

La Kuṇḍalinī mystérieuse compagne,
Energie divine, en lui vient de se libérer.

Il entrevoit le saṃsāra infernal, son bagne,
La pleine conscience l’a enfin délivré .

Univers illusoire où l’on stagne,
Nous sommes ici pour nous élever.

Pensons-y, embourbés dans cette fagne
Au risque de devoir tout recommencer …

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Petit Lexique Kuṇḍalinī,   saṃsāra, ou plus d’explicationsfagne

Photo de la page

Mélange

palette-1482678_640.jpg

Mélange.

«- Bonjour M’sieur Glomérule .
– Bonjour petit Paul .
-Qu’est-ce que vous faites M’sieur ?
– Comme tu vois je peins le paysage, les gens …
– Comment vous arrivez à faire pour que cette pierre ressemble à la vraie ?
– Pour obtenir la couleur de cette roche, je mélange une teinte ocre claire comme celle-ci, et la fonce légèrement pour l’ ombre. Regarde ici, et par là .
– Ah oui.
Et cette plante, elle a l’air si réelle.
– J’ ai fait un mélange de vert dégradé comme à cet endroit, et pour les reflets un peu de blanc.
– Ah oui, je le vois maintenant.
– Et cette Dame, elle existe ?
– Oui elle est passée toute à l’heure sur le chemin là-bas.
Pour la faire, j’ai utilisé un mélange de marron clair, avec un peu de blanc et pour la rendre si lumineuse, une pointe de couleur jaune. Pour ses jolis cheveux frisés, du noir profond et encore du blanc pour les reflets.
– Comme elle belle. Et c’est tous ces mélanges qui font le tableau !
– Oui petit Paul. Ce sont tous ces mélanges qui l’éclairent, l’ illumine .
Comme dans la vraie vie.
Lève la tête et regarde ce ciel petit Paul.
Ce coucher de soleil…
Tous ces mélanges, toutes ces nuances…
Comme c’est beau ! » 🙂

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

Hypersensibilité

snail-582201_1280.jpg

Dans ce monde rempli d’indifférence,
L’on se rit pourtant de la différence.

L‭’ hypersensibilité en fait partie.
Diversement perçue dans chaque pays.

En Indonésie elle sera une qualité.
Pour un garçon de nos contrées,
Sera une tare trop souvent critiquée.

Pour une fille dans la cour de récré,
Aussi comme faiblesse considérée.

Elle peut-être bien sûr génétique,
Ou provenir d’expériences tragiques.

L‭’ hypersensibilité est un tout,
Souvent due à un trop plein de tout.
Trop de douleur à fleur de peau.

La sensibilité, loin il s’en faut,
Exacerbée n’est‭ ‬pas un défault.

Mais sous sa coquille d’escargot,
Se sera protégée car il le faut.

Pour ceux qui ne peuvent s’identifier,
Peut-être un jour vous ressentirez,

‭En v‬ivant ce que nous avons vécu,
Chacun de vos nerfs mis à nu,

Ecorchés ainsi pour toute la vie,
Pour nous,‭ ‬un peu plus d’empathie.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

La rentrée de vacances

aircraft-1499171_640

Pour ceux qui ont eu la chance d’en avoir … Ou d’avoir un emploi.
Pour les autres, courage !
Tout arrive en son temps, les vacances pour ceux qui bossent .
Et retrouver un travail pour les chômeurs (l’ayant vécu je connais cette galère) et pouvoir goûter à nouveau au luxe de chouiner à chaque rentrée de congés, comme quand nous étions à l’école 🙂

La rentrée de vacances.
A chaque rentrée, le même refrain.
Pas envie d’y aller, tirer sur le frein.
Nous voilà pourtant reparti, il le faut bien.

L’appréhension du Lundi, ainsi mêlée,
A la nostalgie des vacances terminées.

Des souvenirs la tête remplie, avec les siens,
Ou de fête avec ses amis, ou de repos c’était bien.

Demain, au boulot ce commun ressenti sera le lien,
Tout le monde sera comme parti, n’aura envie de rien.

L’avion a pourtant atterri, l’on s’est déjà posé,
Mais tous demain, on va encore un peu planer 🙂

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

Elections

ballot-32201_640

Comment croire que demain en votant,
Pour une seule personne «Président» ,
Il y ait pour nous une quelconque amélioration ?

Que ce quidam changera la vie de la Nation,
Dans une économie globale de mondialisation,
Ou notre Pays n’est devenu plus qu’ une région ?

Monde dirigé par la Finance exclusivement,
Les banquiers, traders, leur spéculation,
Des campagnes électorales fruit de leur sponsorisation.

Nos aïeux ont luttés pour obtenir ce droit d’ élections,
Aussi je ne les décevrai pas par mon absention,
Mais bon sang pour qui vais-je voter donc ?

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

Relâche

narrative-794978_640

Très Chers Lecteurs,

De ma part un peu de relâche,
N’y voyez pas en moi un lâche.

Mais plutôt un vacancier,
Qui va profiter de s’oxygéner.

Changer demain d’ horizon,
S’emplir de nouvelles émotions.

De nouveaux sentiments pour,
Vous les faire partager dès son retour.

A bientôt…

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

A mes béquilles

overcoming-1673170_640

L’ an dernier à la même époque, je me retrouvais un pied dans le plâtre, comme vous le savez, c’est le troisième texte … Au bout de 45 jours et presque autant de rééducation, enfin je quittais mes béquilles…

Mes très chères béquilles,

Je tenais à vous remercier pour votre soutien sans faille, pour m’avoir guidé vers le chemin de la guérison .
Vous avez été pour moi ces tuteurs droits, solides, sans faille, sur qui je pouvais compter et m’appuyer totalement les yeux fermés, de tout mon poids !
Vous m’avez ramenées dans cette course folle, effrénée qu’est la vie.
Alors que je m’étais retrouvé au bord de cette piste, hagard, abandonné, carcasse rouilée.
Hors circuit ! Perdant, une fois de plus.
N’ayant plus qu’ à regarder passer les autres, au mieux à les encourager … enlisé dans les couloirs temporels de cette fracture rythmique.
N’ allez pas croire qu’en passant à côté de ce mur ou vous êtes posées désormais, je vous ignore, vous snobe.
Ou qu’il y ait une quelconque trace d’ingratitude dans mon attitude.
Non, rien de tout cela.
Je n’oublierai jamais tout ce que toutes les deux, vous avez fait pour moi.
Notre histoire … presque sentimentale, fusionnelle, l’ histoire d’un vieux couple…
Nous vivions en parfaite harmonie, l’un dans le prolongement de l’autre.
Vous pressentiez et devanciez chacunes de mes intentions et de mes déplacements…
Mais il faut penser à me quitter maintenant. Définitivement, oui je sais, abrupt.
Aller aider quelque d’autre, un enfant, un vieillard, quelqu’un à soutenir.
A l’autre bout de l’hémisphère qui sait ?
Avez vous déjà pensé à l’ humanitaire … Il faut que je vous présente à quelques « renards » qui sauront vous y amener.
Adhésias donc, mes béquilles .

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page

L’ effet papillon

abstract-979682_640

L’ an dernier à la même époque je me retrouvais donc un pied dans le plâtre. Et découvrais la belle invention que sont les béquilles …

L’effet papillon:

Ce matin, en regardant mes béquilles une idée m’est venue.
Et c’est plein de bons sentiments et de compassion que je décidai de faire un don à cette célèbre association .
Qu’une personne dans le besoin, à l’autre bout du monde puisse bénéficier de cette belle invention !
Je versai donc un modeste subside en rapport avec moyens, mais couvrant largement le prix de ces supports.
J’ explorais par la suite le site internet de cette organisation.
Et je tombai sur ce fameux fromage, tenu dans son bec par un corbeau.

Leur diagramme organisationnel de répartition des dons .
A en juger, sûrement fait par un renard !

Et là je me rendis compte que je venais d’ offrir à son Président, la bonne bouteille de vin qu’ il dégustera à midi, dans ce prestigieux restaurant Parisien !
Mon seul allié pour atteindre mon objectif initial restait alors l’ effet papillon …

Peut-être qu’ après avoir descendu un litre de ce vin renommé, en sortant de l’ édifice,
il trébuchera, ratera la dernière marche, fera tomber son fromage et se retrouvera en béquilles !
En vivant cette expérience inoubliable, il décidera alors de baisser son niveau de vie et ses frais de fonctionnement.

Il pourra ainsi offrir ces précieux  « étais » , grâce à cet argent mieux réparti, à ceux qui en ont vraiment besoin !

La moralité de cette histoire : c’est qu’elle reste très morale malgré son immoralité ! L’effet papillon … sans doute !

Glomérule Néphron.

Avatar articles

C’est une fable bien sûr. L’histoire de la bouteille de vin a été inventé, comme vous l’avez compris.

En réalité, les dons collectés sont répartis en pourcentage, le fameux fromage .
Tant de pour cent pour l’ organisation, tant d’autres pour l’ achat effectivement de béquilles et une autre part pour la com … etc … Les sommes sont donc toutes réparties équitablement, peu importe le montant du versement.

Mais personnellement, j’ai toujours l’ impression qu’ après avoir fait un don, je reçois en prospectus, pour inciter à un nouveau don, largement la valeur de la somme initialement versée.
Le sentiment donc d’avoir financer qu’un appel à d’autres dons !
Et contribué largement par tous ces propectus et autres vignettes cadeaux à mon nom, à accélérer la fin de la forêt amazonienne ! 😦

Pas vous ?

Photo de la page

La fracture du pied gauche

feet-1291552_640  broken-1295776_640

L’ an dernier à la même époque, je me retrouvais un pied dans le plâtre.
La fracture du pied gauche.

Que dire de ce pied gauche,
Si ce n’est qu’il a été bien gauche,
Pourquoi s’est donc t- il cassé ?
Est-ce par jalousie du pied droit,
Qui au saut du lit, à chaque fois,
Le devance et avant lui est posé ?
Et l’empêche ainsi de me faire passer,
Une bien mauvaise journée ?

Ou bien est-ce une épreuve de la vie,
Qui aimerait m’ apprendre aussi,
Qu’il n y a pas que l’ action qui compte,
Que l’ immobilisme n’est pas une honte,
Mais bel et bien son contraire,
Que comme l’ on ne peut s’ y soustraire,
Alors autant en profiter et en tirer parti,
Et ne pas hésiter à faire un point sur sa vie.

Glomérule Néphron.
Et ses petits poèmes à la c-n,
Faits sans grande prétention,
Qui lui évitent en rond de tourner .
Trop heureux d’avoir retrouvé,
Un peu de son côté créatif,
Sans fioriture et grâce il est vrai,
A l’ écriture et son côté récréatif .

Avatar articles

Photos de la page: Photo 1, Photo 2