Le rêve

Playground School Children Playing People Happy

I make a dream …

J’ ai fait un rêve cette nuit …

J’ étais dans une cour d’ école où il y avait plusieurs groupes dispersés.
J’ avançais vers le plus proche.

Aussitôt, un individu hurla en me voyant : « casse toi gros lard » et me repoussa violemment. J’ eus du mal à garder mon équilibre.
Je regardai mon ventre . Effectivement, j’ étais bien «enrobé».
Pour ne pas dire «gros» .

Je me dirigeais alors vers un autre groupe qui avait l’ air plus sympathique .
Quelques uns des membres qui le constituaient, connaissaient aussi l’ embonpoint.
Ils y semblaient  bien acceptés .

En me voyant arriver, l’ un d’ eux m’ interpella : « qu’ est ce que tu fous là le black, dégage on veut pas d’ étranger dans notre groupe ! »

J’ enlevai mes gants, vis mes mains, les tournai devant mes yeux ébahis.
Oui, elles  étaient bien du plus beau « noir » qui soit ! Et alors ?

Il avait dit « étranger». Mais je ne parlais qu’ une seule langue.
Ma langue maternelle : le Français !

Je ne compris pas .
Rejeté une fois de plus, je ne pus contenir ce violent spasme et toussais jusqu’ à presque vomir de dégoût. Une boule d’angoisse m’ étreignit et me broya l’ estomac.
Un tsunami de larmes remplit brusquement mes yeux.

Chacun de leurs éclats de rires transperçait mon coeur comme un poignard fin et acéré.
Je m’ éloignais, dépité et honteux d’ avoir pleurer ainsi devant eux .
Ils avaient gagné !
Touché, coulé !

Une clameur sous le préau là-bas attira mon attention et m’extirpa un instant de mon malaise .

Je m’ approchais lentement et prudemment de cet attroupement.
Au milieu, un enfant apeuré que l’ on rouait de coups.
Il avait eu le «tort» de naître avec des cheveux roux !
Comme s’ il y pouvait quelque chose !
Et comble de l’ horreur, quelques secondes plus tard … forcé à le faire par les autres et par peur de me retrouver à sa place, je le frappais à mon tour en l’ insultant.

De victime quelques minutes avant, je devenais bourreau contraint par cet effet de groupe. M’ y intégrait, grâce à l’ ennemi extérieur commun du jour !
Mais rien ne me certifiait pourtant que le lendemain ce ne serait pas moi qui le deviendrait !

I make a dream … A real nightmare !

J’ai fait un rêve … un cauchemar plutôt ! En revivant cette véritable guerre des nerfs qui se joue tous les jours depuis des générations dans la cour des écoles.

C’est là que la (ou les) différence(s), celle(s) que nous possédons forcément tous, devient (ou deviennent) un (ou des) potentiel(s) point(s) de vulnérabilité. Qu’ il faut absolument tester, pour prendre l’ ascendant sur l’ autre avant qu’il ne le fasse !

Une partie de notre avenir se joue aux récréations !

Véritable marquage au fer rouge qui se répercutera dans nos futures relations affectives, sociales et sur la place que l’ on occupera dans la hiérarchie professionnelle .

Glomérule Néphron.

avatar-articles

Photo de la page cliquez ICI

La baie vitrée

Children Drawing Pattern Window Many Window

Baie vitrée.

 

Une baie vitrée bien propre, éclairée par ce soleil d’ automne.
Les derniers rayons du jour viennent l’ illuminer comme un vitrail.

Ouverture vers l’ extérieur, tableau impressionniste d’ Armand Guillaumin.
Couleurs éclatantes, dégradés de rouge, de jaune et d’ or. Décor figé.

Reflet de ma vie, elle en est aussi la mémoire.

Elle se souvient des vestiges laissés sur elle.

Tout du long, sur moins d’ un mètre de haut, par ici des marques de truffe.
Et là un peu plus loin, celles de mains d’ enfants.

Il fallait à l’ époque, la nettoyer souvent.

Puis le temps a passé .
Les traces de truffes, disparues.
Les enfants grandis, partis conquérir le monde.
La coquille s’ est vidée…

Aujourd’ hui, elle est nickel cette vitre.
Pas une poussière!
Aucune ombre au tableau …
Quelle tristesse.
Langueur …

Il devrait pourtant y avoir les marques de truffes d’ Ivana, ma jeune chienne.  Toujours à renifler et se coller à elle.

C’est vrai que depuis son arrivée, un peu de vie est revenue dans cette trop grande maison!

Il faut que j’ inspecte cette surface de plus près.

Mais oui, ici en voilà une ! Et là, une autre. Yéeee !

Un bon début, je retrouve moral et énergie.

J’ ai hâte d’y voir les empreintes de mes petits enfants. De leurs petites mains sur le miroir de ma vie, qu’ est devenue cette baie vitrée .

J’ allais oublier, et de pouvoir pester à nouveau en la nettoyant, paradoxal !  🙂

Glomérule Néphron.

avatar-articles

Photo de la page cliquez ICI

 

La médisance

Funny No See Cartoon Say Monkey Evil Humor Hear

La médisance.

Je me rendais l’autre matin,
Chez le boulanger chercher le pain.

Je marchais derrière, discret,
Deux personnes qui médisaient.

Sport apparemment local !
National ? Non… mondial ?

Je n’ aime pas la médisance !
Elle n’ existe pas dès la naissance,

Mais alors d’ où vient elle ?
Et imaginez ce que celui ou celle,

Qui des autres médit,
Dira de vous ou de vos amis.

Et si la médisance … était une personne …

L’ on pourrait l’ imaginer rabougrie,
Toute vêtue de noir ou de gris.

Sa bouche tordue, moue aigrie,
Rongée par le fiel qui en est sorti.

Qu’ a t-elle subi dans sa vie,
Pour être devenue ainsi ?

Tous ces jugements, ces a prioris dits
Sur ces gens, par ignorance, par jalousie ?

Par esprit de vengeance,
Injustice, impuissance ?

Par complexe d’ infériorité,
de Caïn, de supériorité ?

Pourquoi les autres autant critiquer,
Fourbe, pour mieux les dominer ?

Guerre de pouvoir de la nature humaine,
Arriver à ses fins grâce à la rumeur ou à la haine ?

Pourquoi ses mots deviennent armes,
Traîtres poignards, génèrent les larmes ?

Pourquoi ne peut elle pas dire les choses en face,
Cette médisance … moi ça me dépasse …

Glomérule Néphron.

avatar-articles

Mais en même temps qui peut dire qu’ il ne l’ a jamais ,
Jamais été, ne serait-ce qu’ un peu dans le passé.

Et moi le premier…
Oublié ? Oublié !  😉

Photo de la page cliquez ICI

Le cercle des poètes disparus

Literature Learn Book Pages Text Book Read

 » Le cercle des poètes disparus  »  ( un petit hommage)

( suite et fin du « Mystère du grenier » ) .

Auparavant …
Six vis plus tard donc, le panneau céda.
Un vent froid s’engouffra violemment dans les toilettes.
Leur glaça l’échine, à tout point de vue !
Surtout lorsqu’ ils découvrirent ce qui se cachait dans la pénombre de ce lugubre grenier …. Stupeur générale …

Baignée par une lumière blafarde provenant d’ un vasistas percé dans la toiture, un bureau disposé juste en dessous !
Et à l’opposé sur la gauche, un lit !!!

Impossible de voir, ou même espérer deviner le fond de cette pièce.
Comment ces meubles avaient atterri là, bien plus larges que l’ ouverture par laquelle ils étaient censés être passés?
Qui avait vécu ici ?

war-469503_640 (1)  Y avait t-on caché des personnes, des résistants, des fugitifs ?
… La nuit venue… les couloirs vidés, l’on ravitaillait discrètement par la petite trappe ces gens, en denrées et boissons . En tendant l’oreille l’on aurait pu presque entendre leurs chuchotements dans l’obscurité, et l’ émission écoutée en sourdine sur un poste à lampe TSF : Radio Londres … « les Français parlent aux Français» …

Non ! Pas logique, pensa Max .

Cette cité scolaire a eu en effet une histoire tragique en rapport avec la seconde guerre mondiale, mais la bâtisse elle, est bien plus récente . Elle date environ des années 1950 !

Hum ! A la réflexion, cet étage avait été pendant quelques années le dortoir de l’internat …

… Peut-être qu’ un groupe de jeunes s’y réunissait.
Oui, c’est cela ! Ils avaient fondé un cercle très privé.
Avaient prêté serment par le sang, et se retrouvaient tous les soirs à veiller très tard.
Se lisant à tour de rôle les poèmes et romans des plus célèbres écrivains .
«Le cercle des poètes disparus»  😉
L’endroit résonne encore de leur rires étouffés.
Le surveillant général toujours prêt à fondre sur sa proie, tournait, virait dans les couloirs, tout proche.

Calligraphy Antique Business Document Book   Ils devaient aussi sûrement composer eux mêmes …

Fouillons donc ce bureau, ses tiroirs recèlent peut-être quelque chef d’oeuvre oublié, pensèrent en même temps nos trois pieds nickelés .
Ils enjambèrent à la queue leu leu le WC posé au milieu du passage, et passèrent l’ étrange trappe .
La laine de verre encore moelleuse, cocon grisé par la poussière du temps, s’enfonça alors sous leurs pas .
Ils progressaient dans ce clair obscur.

En fin de compte le « bureau » était une table de couturière,
le « lit » dépourvu de matelas, juste un sommier en mauvais état.
Ni livre, ni essai, aucune trace de vie passée !

Lit             Bureau

En fait, la table était le vestige d’ une section qui avait existé à l’ étage inférieur et dans laquelle les jeunes filles apprenaient à coudre , repasser et cuisiner . Le lit lui, de la même époque faisait parti du dortoir de l’ étage. Puis vint la première rénovation qui réorganisa ce bâtiment en pôle scientifique et technique, dans les années 1970.

Les combles étaient une ancienne réserve dans laquelle l’on avait stocké ces meubles cassés en attendant de les évacuer pour les jeter.

Mais oubliés là, les travaux effectués, une trappe posée à la place de la large porte qui avait permis de y les déposer, rajoutait encore au mystère .

sherlock-holmes-147255_640 « Elémentaire mon cher Watson !» .

Oui, le mystère réveille en nous nôtre âme d’enfant .

Un vieux grenier sombre et inquiétant, de l’ illogique .

Assez pour attiser et ranimer des émotions d’antan, mélange d’appréhension, de peur et de curiosité fébrile .

Et tout à coup vous avez 7 ans, courageux explorateur… mais pas téméraire quand même !

Child Torn Box Girl Eye Hiding Young Boy Hole

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photos de la page : Photo 1, Photo 2Photo 3, Photo 4, Photo 5

Le mystère du grenier

Wooden Beams Hay Loft Dachgibel Wood Lattice Attic

Le mystère du grenier.

Ce matin là, Max reçu la visite de Fredo et Manu, deux factotums.
Ils étaient venus le voir pour savoir s’ il connaissait la manière d’accéder aux combles, situés juste au dessus de la 116 , une salle de cours .

En rapport avec la rénovation de cet établissement scolaire, une nuée de spécialistes se rendaient au chevet du vieillard pour l’ ausculter.
Il leur fallait donc pouvoir accéder à cet obscur recoin .
Y pratiquer quelque prélèvement pour analyse ou tout autre investigation.
Et ce afin de pouvoir opérer le malade de la meilleure manière qui soit .
Lui donner une chance de rallonger son espérance de vie !

Bref, Max se souvint d’ une précieuse information que ce vénérable collègue, avant de partir en retraite, lui confia : « A l’ étage du dessus, il y a une porte secrète dans le mur… et derrière tu trouveras … » . Soudain, le bruit de la stridente sonnerie retentit !
Il détourna un instant le regard, attiré par un grondement sourd.
Les élèves criaient, se bousculaient, dévalaient les escaliers.
Une véritable crue ! Vaison- la- romaine ! La récréation venait de sonner !
Max se retourna, s’ apprêta à demander plus de détails à … mince plus personne !

Voyage Explore Journey Travel Traveller Travelling  Voilà donc nos trois courageux explorateurs, Fredo, Max et Manu, partis à l’ aventure.
Effectivement à l’ étage, il y avait bien « une ouverture » dans le mur .
Juste au dessus de ces toilettes ! Pour le moins étonnant, non ?
Une trappe de visite tout au plus. Bien loin de la porte promise !

Trappe
Etait-ce là l’accès indiqué ?
Que faire, maintenant ?
Retourner à l’ atelier à l’autre bout de la cour pour chercher la visseuse ?
Ou faire avec les moyens du bord : arriver à dégoter à l’ étage inférieur un vieux tournevis au fin fond de l’établi de cette salle de technologie, la 116 .
Explorateurs dans l’âme certes, mais jusqu’ à un certain point !
Dehors il pleuvait … et il faisait froid !
Allez, une poignée de vis à desserrer « à l’ ancienne » c’était pas le bout du monde.
L’ atelier lui, oui !

Ouverte  Six vis plus tard donc, le panneau céda.
Un vent froid s’engouffra violemment dans les toilettes.
Leur glaça l’échine, à tout point de vue !
Surtout lorsqu’ ils découvrirent ce qui se cachait dans la pénombre de ce lugubre grenier …. Stupeur générale …

maxpixel.freegreatpicture    La suite ICI

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photos de la page : Photo 1, Photo 2, Photo 3

Vilains garnements

nuclear-threat-2721836_640

Cet été, je voyageais en Utopie.

Mais au même moment, dans cette dimension qu’ est la Dystopie qui lui est parallèle et opposée…

 

Vilains garnements !

Déjà tout petit tu l’étais,
Ce despote qui régnait,

Sur ces parents distants qui,
Te disaient toujours oui.

Sur ces employés de maison,
Qui ne te répondaient jamais non.

Enfant sadique et capricieux,
Tu torturais fourmis et bêtes à bon dieu.

Tu y prenais déjà ce malin plaisir,
Plus tard tu fis de tes opposants des martyrs.

Toi le tyran mégalo, le dictateur,
Qui aimait à toujours faire peur,

Autrefois avec des pétards.
Et devenu tout-puissant,

Tu terrorises le monde entier,
Bombes nucléaires et «essais».

————————————————-

A l’autre bout de cette Terre, Gaïa,
Un autre destin simultanément se réalisa.

Tu étais déjà enfant, colérique,
Imbu de toi même, fier et tyrannique.

Traitant les gens de maison,
Comme de simples pions,

Tes choses, les rejeter, les humilier,
Tes jouets, tu aimais déjà régner.

Tu adorais déjà dire: « vous êtes virés !»
Pour affirmer, suprême extase, ta supériorité.

La puissance de l’argent ne t’as pas suffit
Il te fallait le pouvoir, réussir des élections.

Parvenu enfin au sommet,
De la gloire et de la célébrité,

Perversité narcissique couronnée,
Tu terrorises aussi le monde entier.

Avatar articles

Glomérule Néphron.

atomic-bomb-67530_640

Pauvre peuple de Dystopie.
Univers où le Mal a pris le pouvoir et règne en Maître…

Photos de la page :  Photo 1, Photo 2 .

Lessivé

Etre lessivé-413688_640.jpg

Est-ce le changement de saison, les variations de températures, une surcharge de travail ?

Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis lessivé !

Avatar articles

Glomérule Néphron.

Pipi, les dents et au lit ! VDM  😦

Photo de la page ICI