La Muse. Acte I. La déculottée de Glomérule

Chopin Monument Paris Muse Music Parc Monceau

La Muse.

Pièce en trois actes (Saynète), présentée par la troupe du petit théâtre de Glomérule, pour en savoir plus cliquez ICI

ACTE I . La déculottée de Glomérule.

B.C.B.G, GLOME, TCHIOT, LA MUSE

Roulement et tradition des trois coups … le rideau s’ ouvre.

Le décor :
Deux colonnes antiques situées aux deux extrémités, côté public, d’ une estrade à deux marches, imitation marbre.
Adossée contre l’ une d’ elle, une pancarte sur laquelle figure cette petite annonce :
« À cause d’une défection, poste de muse à pourvoir. Elle devra être bien inspirée et d’ une grande disponibilité. Travail dimanche et jour férié possible.
Pas sérieux s’ abstenir » .

Les acteurs :
Sur l’ estrade, à droite : Riri. Il est assis, et habillé en costard cravate, un attaché-case posé à côté de lui. Il se nommera pour l’ occasion : B.C.B.G. ( Bon Chien, Bon Genre).
Au centre : Glomérule, alias GLOME (prononcer Glomé) . Il a le train arrière posé sur l’ estrade et les deux pattes avant sur la première marche.
Il est emmitouflé dans un sweat-shirt noir à capuche, beaucoup trop grand pour lui.
Son museau dépasse à peine de la capuche, et ses pattes ne sortent même pas des manches !

À gauche : au pied de la pancarte le petit Fifi, dont le nom sera pour cette saynète : TCHIOT ( le petit).
Il est couché sur son ventre, devant lui, un cahier d’ école à spirale.
Il fixe la page blanche. Son front plissé lui donne un air soucieux.

C’est alors qu’ entre sur scène Loulou, la muse, vêtue d’ un seyant drapé blanc.

LA MUSE hautaine, en regardant nos trois compères, daigne se fendre d’ un
Bonjour.

B.C.B.G
Bonjour.

LA MUSE à part.
Tiens ! Un chien qui parle !

GLOME
Bonjour Madame.

LA MUSE amusée, à part.
Un sweat qui parle, de mieux en mieux …

Glomé, d’ un vif coup de tête en arrière, enlève sa capuche et dévoile son museau.

LA MUSE à part.
Ah non, pardon ! Deux chiens qui parlent !

Et après avoir regardé fixement pendant un instant Tchiot,

LA MUSE toujours à part.
Et jamais deux sans trois, je suppose !

TCHIOT
Bonjour m’dame.
à part, en parlant de la muse, Bizarre une chienne qui parle, enroulée dans une nappe blanche !

LA MUSE à part
Bingo, qu’ est-ce que je disais ! Trois chiens qui parlent !
Non, mais je vais me réveiller !

GLOME à la Muse
Vous venez pour la petite annonce ?

LA MUSE
Exactement ! Je lis « à cause d’une défection, poste de muse à pourvoir »…

GLOME l’ interrompt
Oui, c’est cela

LA MUSE
Mais, c’ est moi la muse !

GLOME
Parfait, c’est ce que nous recherchons !

LA MUSE énervée,
Non mais c’est moi, Polymnie ! Je suis toujours là et n’ ai pas abandonné mon poste, comme vous le dites !

GLOME
Ah bon ? Pourtant, à mon retour de mon Tour du monde imaginaire, je n’ ai trouvé personne pour m’ inspirer. Il y a eu comme … un instant de flottement, et je me suis senti bien seul. Où étiez-vous donc passée ?

LA MUSE excédée,
Mais je rêve ! Je vais devoir me justifier d’ un contre-temps à… à… à… à un chien ?!

GLOME
Madame, cesser de m’ aboyer dessus et n’ inversons pas les rôles, je vous prie, c’est moi qui devrais être agacé.

LA MUSE condescendante,
Ah oui ? Et dites moi pourquoi ce serait à vous d’être agacé ? Parce que votre muse ne vous est pas dévouée toute entière, et n’ est pas à votre service vingt quatre heures sur vingt quatre, trois cent soixante cinq jours par an ? Vous m’ avez pris pour une hot-line ? (Sur un ton caustique). Allo, bonsoir, Polymnie à votre service, que puis-je faire pour vous ?

GLOME à part
Pas commode la muse, rien à voir avec une bonne fée !

LA MUSE
Sachez Monsieur GLOME que vous n’ êtes pas seul au monde.
Et vous devriez plutôt me remercier, au lieu de vous plaindre !

GLOME
Comment ça ?

LA MUSE
Cette idée de pièce de théâtre, croyez-vous qu’ elle vous soit venue comme ça, par hasard ?

GLOME
Euh…

LA MUSE
Décidément, votre ingratitude n’ a d’ égale que votre impatience !

GLOME à part
Eh bien mes amis, quelle déculottée !

Le rideau se referme sur cette scène.

avatar-articles

Glomérule Néphron, dont la santé va mieux à présent  😉

Encore merci pour tous vos messages de soutien 🙂

Acte II très prochainement.

Crédit photo : La Muse

Le petit théâtre de Glomérule (suite)

Syria Bosra Amphitheater Rondelle Roman Theatre

Auparavant …

Le décor.

Dog Humor Puppy Cute St Patrick's Day Chihuahua

Aldo, notre régisseur de plateau, nous a mâchouillé, craché, puis re-mâchouillé du papier, toute la journée d’ hier.
Nous nous demandions bien ce qu’ il allait sortir de ces kilos de cellulose et de tous ces litres de bave.
– Vous aurez la surprise demain, nous disait-il !

Et miracle, ce matin, après une bonne nuit de séchage, le décor maison de notre saynète était prêt !
Deux superbes colonnes antiques étaient nées, et pour les rendre plus contemporaines, quelques signes tagués dessus.
Elles sont posées aux deux extrémités, côté public, d’une estrade à deux marches, imitation marbre.
Adossée contre l’ une d’ elle, une pancarte.

Certes, notre décor reste minimaliste, rien à voir avec la photo, mais l’ essentiel y est.

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits photos : Théâtre antique, Aldo notre régisseur

Le petit théâtre de glomérule

La troupe du petit théâtre

Une nouvelle troupe de théâtre vient de naître : « Le petit théâtre de Glomérule » .

Faisons les présentations, si vous le voulez bien.
De droite à gauche, Filou alias Fifi, droit dans ses bottes, la mascotte de notre troupe.
Puis vient Loulou, elle a du chien, vous ne trouvez pas ?
Ensuite, il y a son mari Riri, qui nous vient tout droit du Cours Cabot du Xème arrondissement !
Et pour finir, caché sous la couverture, votre serviteur Glomérule, alias Glomé.
Bien comme diminutif, mais pas mal aussi comme nom de scène, non ?

Cette petite formation, quasiment familiale, aura l’ honneur de vous interpréter quelques saynètes bien envoyées !

avatar-articles

Glomérule Néphron.

Crédits photos : Fifi, Loulou, Riri, Glomé, la scène

 

Le Trocadéro

1024px-Rue-de-paris-film102jpg

Bienvenue à tous pour la suite et dernier épisode de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

Le Trocadéro.

Auparavant …

Après le moment détente plongée, « coquillages et crustacés, sur la plage abandonnée » … nous avons remonté le cours du Rhône, puis viré à bâbord et repris le cap Nord.

Nous avons eu la chance de survoler la Terre du milieu, le bois de la comté, le Mordor, le Mont-Dore, pardon.
J’ ai nommé l’ Auvergne, où nous n’avons pas vu de hobbits, ce qui ne veut pas dire qu’ il n’ y en a pas.

Mais revenons à notre récit.

Nos bronches recroquevillées par la température glaciale, et des débuts d’ engelures au visage et aux mains, nous obligèrent à perdre de l’ altitude pour regagner quelques calories salvatrices.
Nous rasâmes sur des centaines de kilomètres les cimes des résineux, transis par le froid, eux aussi.
Pour nous réchauffer, tout ce qui pouvait brûler finit au feu dans le petit poêle de notre vaisseau.
Et rien n’ y échappa, chaises, table, couchettes, ainsi que tout le bastingage de notre aéronef ! « è pericoloso sporgersi » !
En fin de compte, nous n’avions plus rien à perdre, c’était la dernière ligne droite avant notre arrivée triomphale à Paris.

Quand même, quel fantastique pays que le nôtre, avec sa variété infinie de décors !
Nous y découvrîmes, vus du ciel, ses volcans (endormis heureusement) , véritables temples naturels, avec leur nef magmatique et leurs grandes orgues basaltiques.
Lors de cette étape auvergnate, nous entendîmes aussi des cris de loups, à moins que … la bête du Gévaudan y court encore !
Non, arrêtons de fantasmer, des chiens de chasse errants, tout au plus !

Enfin … je crois !

Nous pensions par la suite, découvrir la Beauce, le grenier à blé de la France. 
Et ses champs à perte de vue recouverts de neige.

Et non !
Pas encore.
Nous étions trop pressés !
Sûrement !
Il fallait attendre !

Mais à mesure que le temps passait, et que le paysage défilait, l’ impression que quelque chose n’ allait vraiment pas se renforçait.

J’avais pourtant bien programmé le GPS sur Trocadéro, nom d’un chien !

Le GPS, j’ aurais dû m’ en méfier de celui-là !
Celui qui vous envoie en sens interdit s’ il n’ a pas la dernière mise à jour chargée, et qui aime vous faire passer en hiver par les cols fermés à la circulation.

Mais l’erreur commise, fut de laisser active la rubrique de ma dernière recherche : « restaurant ».
Ainsi, quand je programmais « le Trocadéro », il comprit « restaurant le Trocadéro »… à Montigny-lès-Metz.
Et oui mes amis, c’est ici dans cette ville, que notre tour du monde en zeppelin s’ achève, à bout de souffle et de gaz, encore ces satanées fuites d’hydrogène !

Nous rêvions de prestige pour cette arrivée, une fanfare, un public, la presse, et finalement, c’est un troupeau de bovins, à peine étonnés, qui nous regardent maintenant atterrir, non loin de ce coquet établissement !

Cette aventure nous aura appris à toujours positiver !

Aussi, rien n’ est perdu ! Nous pouvons toujours pour nous consoler de cette bévue, et profiter encore un peu les uns des autres,  y festoyer joyeusement, comme à la fin d’ une bonne BD d’ « Astérix  » …

Mince, mais j’ y pense, dans l’ histoire, le barde, c’ est moi !

« aïeaïe, ouille ! Non ne me bâillonnez p… !  » 

avatar-articles
Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

La Balagne

Wild Pig Pig Corsica Little Pig Piglet

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

La Balagne.
Eh bien « mon cochon », quel banquet à la Balagne !

Gibulène, en nous annonçant le menu, ne nous avait pas tout dit !

En apéro , muscat du cru avec du lonzu et de la coppa, puis omelette au brocciu, avec en plus mes amis, cannelloni aux épinards et à la ricotta, et le tout arrosé avec du Patrimonio, rien que ça ! Ensuite pour le dessert castagnaccio et fiadone, comme promis .
Et pour (se) finir en digestif, liqueur de myrte !

Nous voilà repus et aussi ronds que l’ enveloppe de notre zeppelin rechargé à bloc en hydrogène !

Une sieste corse s’ impose donc avant d’ attaquer notre dernière étape, notre retour en métropole . Où je serai heureux de retrouver mon petit chez moi, mon lit douillet, et mes habitudes rassurantes.
Néanmoins quitter sa zone de confort a du bon .

Nous sommes partis le 02 décembre 2017.
Il y a déjà plus d’ un an maintenant pour un périple fatigant, mais tellement enrichissant ! Que de rencontres inattendues, de lieux magiques, de paysages époustouflants !

Quand j’ y repense, une « nostalgie heureuse » m’ envahit.

Mais profitons encore de ces instants … décollage ce soir au crépuscule, après un dernier coucher de soleil sur l’ île de beauté et ses reliefs …

Sunset Corsica Sea Abendstimmung Sun La suite cliquer ICI

avatar-articles

Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo 2 cliquez ICI , Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

Cap Corse

Corsica_(Landsat_7)

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.

Non loin de notre aéronef, dont nous avions jeté l’ ancre, au beau milieu de cette mer de sable, j’ ai passé au pied des pyramides, un Noël inoubliable !
Pas vous ?
Ni sapin, ni guirlande, ni pull moche de noël, ni consommation débridée et grande bouffe à s’ en rendre malade.
Mais un réveillon autour d’ un feu de camp, d’ un bon couscous, rires partagés et convivialité, l’ esprit de Noël, simplement !

Quelle bonne idée nous avons eu que de repartir le 27 décembre… La veille de cet atroce attentat !
Nous l’ avons échappé belle !
Bon sang, quel malheur ! Tous ces innocents tués au nom de cette énième idéologie ! Quelle tristesse ! Quand cela s’ arrêtera-t-il ?

Certains d’ entre vous me diront : « Jamais ! Tant qu’ il y aura des gens avides d’ argent et de pouvoir ! Tant qu’ il y aura des choses à posséder ! »

Le continent africain a, pour son plus grand malheur, beaucoup de richesses ! Paradoxal ? Non, car elles suscitent les convoitises de tous bords !

Il n’ est pas le seul, hélas !
Je pense que si nous superposions un planisphère représentant les lieux de conflits armés, avec un autre ou figurerait les gisements pétroliers, miniers de tous types, de diamants, de terres rares, d’ uranium … ils coïncideraient parfaitement.

Aurait-il fallu que notre terre soit un milieu si pauvre, et si hostile que nous ne rivalisions que d’ ingéniosité pour survivre, ensembles ?

Le nouvel an s’ approchant, la même interrogation me taraude toujours.
L’ année qui vient sera-t-elle meilleure que les précédentes ?

Quelques heures de vol encore et nous atteindrons la Corse où nous passerons le cap du 31.
Nous en profiterons pour faire une dernière escale technique :
recharger notre zeppelin en gaz, perdu par les micro fuites de son enveloppe cinquantenaire.
Nous vivons son dernier voyage, je crois 😦 et atteindrons l’ île de beauté en rase-motte, ou en « rase-flotte » …
J’ avais pensé à faire également peindre un gros gilet jaune sur notre vaisseau volant pour notre futur attérissage à Paris sur l’ esplanade du Trocadéro, le parvis des droits de l’ homme ! Une arrivée en fanfare !

Qu’ en pensez-vous ?

Un petit poème, cliquez là

avatar-articles

Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI

 

« The Wall »

Egypt Monument Pyramids Giza Archeology

Bienvenue à tous pour la suite de ce Tour du monde des idées reçues, clichés et fausses vérités , mais pas que !  Si vous voulez commencer par le début cliquez ICI  pour l’ épisode précédent cliquez là.
The Wall.

Nous sommes tous à présent coincés, talons contre talons, dans cette immense file d’ attente qui mène aux pyramides.
Il y a Momo, notre guide qui nous précède, vous, fidèle équipage et moi-même.

La chaleur est insupportable.
Je n’ ose imaginer une visite semblable, en plein été !
Je ne vois d’ ailleurs aucun poste de secours, ni brancardier aux alentours, pour ceux qui feraient un malaise !

Par prévention, hydratons-nous, et aspergeons-nous copieusement d’ eau.
Cheveux et tee-shirt moulant trempés, ébrouons-nous au ralenti, moment de sensualité pure, comme dans cette célèbre publicité pour cette boisson rafraîchissante …  😉
Quoi faire d’ autre que de blaguer un peu, et rire beaucoup pour tromper son ennui, lorsque l’ on fait du sur-place depuis plus d’ une demie-heure !
Toujours faire la queue et patienter, partout !

Faire ces milliers de kilomètres, en avion, en bateau, en train, à cheval ou en zeppelin, et immanquablement, subir ces heures d’ attente, dans la promiscuité la plus totale !
Poireauter des éternités, pareilles à des carcasses suspendues dans la chambre froide d’ une boucherie. Ou bien, selon la saison et le lieu, cuire dans son jus, au milieu d’ une marmite géante .
Tel est le quotidien des personnes lambda qui s’ adonnent au tourisme de masse !
Et je vous laisse imaginer ou vous souvenir , si vous l’ avez vécu, des odeurs d’ oignons, de vieux navets, ou de fromage, qui s’ exhalent de toute cette foule qui mijote à petit feu !

Ah ! Nous avançons à nouveau .
Il semble bien que nous fassions partie de la fournée suivante !

Je ne peux m’ empêcher de penser à ce film d’ Alan Parker « The wall » !
Tous ces gens bien rangés qui longent ce mur, avant de se faire avaler et disparaître à l’ intérieur du monstre pyramidal .
Y a-t-il dedans, une immense moulinette dans laquelle nous tomberons tous ?

Après une heure de visite passionnante, et beaucoup d’ informations qu’ il nous faut encore digérer, poussés par une dernière bousculade, le groupe nous expulse déjà du temple.
Décidément, trop de monde pour moi !
Si seulement, j’ avais pu être l’ un des premiers à franchir le seuil de ce tombeau, découvrir les secrets qu’ il recèle. Et atteindre le paroxysme de l’ excitation, que ces explorateurs et scientifiques ont pu vivre à cet instant précis !

J’ idéalise toujours mes séjours et m’ imagine volontiers sur une grande plage déserte qui rejoint l’ horizon.
Ou dans le cas présent, seul devant l’ imposante nécropole, sur fond de coucher de soleil, comme sur la photo qui illustre le texte.
Je dois être un romantique …
Mais à chaque fois, la réalité me rattrape vite !

La suite de l’ aventure par ICI

avatar-articles
Glomérule Néphron .

Alias pour l’ occasion : Phileas DOG
P.h.i.l.e.a.s. : Partir grâce à l’ Hydrogène , à l’ Imagination , à LEcriture , à l’ Aventure, S’ envoler quoi !

Crédits photos de la page :

Photo 1 cliquez ICI  ,  Photo de notre vaisseau volant cliquez ICI