Agenda Ironique Juillet 2017

L’agenda ironique de Juillet est porposé par Joséphine Lanesem

CONSIGNES:

La perte en une phrase

Consigne pour l’agenda ironique de juillet, initié par Carnets Paresseux.

Perdre ses clefs, ses repères, ses cheveux, son âme, quelqu’un, un souvenir, une opportunité ; perdre son temps, une habitude, le repos, des kilos, ses feuilles, sa saveur, son parfum, sa raison, sa vanité. La perte est le sujet de ce mois. Elle se dira en une seule phrase, brève ou longue, avec ou sans ponctuation, fluide ou hachée, fuyante chutant avec l’objet perdu et se perdant avec lui, précipitée cherchant à le rattraper et se combler, ou lente, précautionneuse cernant le vide qu’il a laissé. On peut être ironique, ou pas. Sujet moins sombre qu’il n’y paraît : la perte ne se limite pas au manque, elle libère à sa manière, offre un espace où naître. La phrase unique lui donne voix.
Quelques livres d’une phrase, procédé très répandu dans la littérature contemporaine : Comédie classique de Marie N’Diaye, Zone de Matthias Énard, J’aimede Nane Beauregard, Anguille sous roche d’Ali Zamir, Verre cassé d’Alain Mabanckou, La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, Réparer les vivantsde Maylis de Kerangal, et certainement bien d’autres – n’hésitez pas à les ajouter en commentaire. Autre modèle, les longues phrases de Marcel Proust et Claude Simon, mais vous pouvez aussi vous limiter à sujet verbe complément, ou même un mot, pire rien qu’un point. Prose ou vers. Bref, à vous.

Introduction:

Clém du blog Les narines des crayons m’ a gentiment invité à participer à votre concours de l’ agenda ironique de Juillet.

C’est pour moi une première. Le sujet abordé ce mois-ci « la perte », en une phrase.

J’ai eu beau réfléchir et retourner ce sujet dans tous les sens, la perte est pour moi un sujet grave. Et qu’ y a t-il de pire que de se perdre soi-même, perdre donc cette conscience de l’autre et du monde entier.

Voici donc cette fameuse phrase, illustrée :

woman-441415_640

Il est ce néant qui lentement vous ronge, vous fait perdre perception du monde, de vos proches, puis de vous-même, régresser jusqu’au stade foetal, par l’ oubli de l’ oubli, l’alzheimer.

Glomérule Néphron.

Avatar articles

Photo de la page cliquez ICI